Visé par un mandat d’arrêt dans l’affaire Paramount: Tiéman Hubert dénonce une persécution des hommes politiques

Accusés d’être impliqués dans des malversations financières liées à l’achat d’équipements militaires, l’ancien ministre Tiéman Hubert et 3 autres personnalités du régime d’IBK font l’objet d’un mandat d’arrêt international dans l’affaire PARAMOUNT depuis le 25 juillet. L’ancien ministre de la Défense et des Anciens Combattants est sorti de son silence. Selon lui, son sort personnel importe peu au regard des dangers qui menacent le Mali et son peuple. Cette annonce a été faite dans la nuit du lundi au mardi 2 août à travers un communiqué de presse. « Je n’ai jamais agi que dans ce cadre et, je n’ai agi que pour assurer la meilleure préparation opérationnelle de nos forces face au défi sécuritaire ».

Communiqué

Par voie de communiqué, le Procureur Général de la Cour Suprême Mamoudou Timbo avait annoncé le jeudi 25 juillet courant avoir lancé un mandat d’arrêt international contre Boubou Cissé, ancien Premier ministre et ex-ministre de l’Economie et des Finances, Tiéman Hubert COULIBALY ex-ministre de la Défense nationale, Mamadou Diarra dit Igor, ancien ministre de l’Economie et des Finances et Babaly Bah « ex-patron» de la Banque Malienne de Solidarité (BMS-SA).

Ces personnalités du régime de l’ancien président, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) font l’objet d’un mandat d’arrêt international dans l’affaire du marché public dit PARAMOUNT, lequel marché public s’inscrit dans la mise en œuvre de la Loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure.

En réponse à ce communiqué, Tiéman Hubert COULIBALY, s’est dit surpris d’apprendre qu’un mandat d’arrêt international ait été émis contre moi et d’autres personnalités, à l’initiative de monsieur le Procureur général près la Cour suprême du Mali. Ci-contre le communiqué

COMMUNIQUÉ

Par un communiqué lu sur les ondes de la chaîne de télévision nationale, ORTM, j’ai appris de manière surprenante, qu’un mandat d’arrêt international serait émis contre moi et d’autres personnalités, à l’initiative de monsieur le Procureur général près la Cour suprême du Mali.

Cette manière si singulière et pour le moins cavalière n’est pas la façon qui sied véritablement, si le parquet général près la haute juridiction est, un tant soit peu, animé de justice.

Je rappelle que je suis absent de mon pays depuis plusieurs mois, en exil, compte tenu des menaces quotidiennement distillées par la rumeur ronflante, savamment entretenue, qui, au fil des mois, a fini par révéler le dessein réel des personnes en commandite.

Au mois d’octobre 2021, deux semaines après mon départ de Bamako, l’information quant à mon absence avait suscité une réaction aussi inattendue qu’agressive, notamment sur les réseaux sociaux et autres mass média, à la solde de la junte militaire malienne et ses complices civils.

Des rumeurs folles ont immédiatement circulé qui m’accusaient, à tort évidemment, d’être l’animateur de toutes sortes de complots.

Les intentions malveillantes que je soupçonnais se sont révélées à travers l’acharnement de ces attaques régulières à coup d’intoxications.

Les auteurs dans leur mission me rendaient coupable de nombreux délits et forfaits inventés pour les besoins de leur cause illégale et illégitime dont l’objectif est clairement d’anéantir toute voix politique républicaine dissonante.

Je rappelle que ma mission en tant que ministre de la Défense et des Anciens Combattants a débuté le 8 janvier 2015 et s’est terminée le 3 septembre 2016. Elle était parfaitement définie dans le cadre de prérogatives claires. Je n’ai jamais agi que dans ce cadre et, je n’ai agi que pour assurer la meilleure préparation opérationnelle de nos forces face au défi sécuritaire.

Au moment où le Mali est désaxé, menacé de désintégration, les acteurs de cette transition en déroute devraient plutôt chercher le moyen d’unir et de rassembler.

Depuis un an et plus, je n’ai cessé de dénoncer leurs choix hasardeux et de leur adresser des recommandations. Hélas !

Leur seule réponse demeure la menace, l’invective, la stigmatisation et les insanités d’une rare violence, déversées par leurs sbires sur les réseaux sociaux. Ne voient-ils pas ce qui se passe ? N’entendent-ils pas les appels à la raison de nos compatriotes et de nos amis, partenaires à la paix ? Persécuter des hommes politiques n’a jamais contribué au succès, mais a toujours conduit à l’échec !

Pour autant, mon sort personnel importe peu au regard des dangers qui menacent le Mali et son peuple. Qu’on ne s’y trompe pas ! Pour moi, rien ne compte aujourd’hui si ce ne sont les Maliens et leur avenir. C’est pour cet avenir qui s’appelle « Jeunes du Mali » que je continuerai à me battre afin que demain ne ressemble pas à aujourd’hui. C’est le seul combat qui vaille et à tous j’adresse cet appel au sursaut salvateur.

Si la justice malienne devait rechercher à situer ma responsabilité, dans le cadre d’une quelconque information judiciaire, elle a la latitude de procéder au moyen d’une commission rogatoire à laquelle je m’engage à répondre prestement.

D’ores et déjà, j’ai pris l’initiative de constituer une équipe de conseils qui m’accompagnera dans l’éventualité souhaitable d’une confrontation.

Tièman Hubert Coulibaly

Ancien ministre du gouvernement du Mali.

Source: INFO-MATIN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.