SORTIE DE MARIKO ET DE TIÉBILÉ DRAME : LE CDM ACCUSE, L’ADEMA-PASJ RIPOSTE ET DEMANDE DES PREUVES

Les allégations censées venir, à l’occasion du 31ème anniversaire qu’a eu lieu ce 2 avril 2022 au CICB, des panélistes Tiébilé Dramé et d’Oumar Mariko continuent de susciter des polémiques. Alors qu’il condamne et trouve les propos d’Oumar Mariko de « haineux, mensonges et populistes contre les FAMA », le CDM qualifie ceux de Tiébilé de « trahison nationale ». En réaction à ce fait, l’Adéma-PASJ ayant organisé ledit panel établit sa version factuelle et met le mouvement au défi.

Il a fallu attendre le lendemain de la tenue de la conférence débat consacrée au 31ème anniversaire de l’exercice démocratique au Mali pour voir deux(2) communiqués du CDM. Toujours coriace et tenu débout au sujet de la défense de l’Armée et des militaires au pouvoir, le CDM rapporte avoir appris avec « stupéfaction la déclaration honteuse qu’il qualifie de trahison nationale venant de Monsieur Tiebilé Dramé du PARENA, en marge du 31ème anniversaire de la démocratie malienne ».Dans cette déclaration, Monsieur Dramé annonce, selon le CDM, la célébration prochaine du 10ème anniversaire de l’Azawad. « Quel paradoxe ! Quel populiste ! Le CDM, tout en condamnant avec la dernière rigueur ces propos irresponsables, demande à Monsieur Dramé de présenter officiellement ses excuses au peuple malien », a-t-on lu. Ces propos dignes d’une autre époque ne doivent nullement venir d’un leader politique comme Tiébilé Dramé, suivant le CDM. Poursuivant dans cette même logique, le collectif pour la défense des militaires a fait, le même 3 avril, « un communiqué de condamnation et d’interpellation, suite aux propos haineux, mensongers, diffamatoires, honteux, et populistes du Mr. Oumar Mariko contre nos FAMa ». Aussi, le mouvement souligne avoir constaté, depuis quelques jours, que « des soit disant acteurs démocratiques s’adonnent à des déclarations, à des incitations à la violence et à la haine en incriminant les forces de défense et de sécurité maliennes ».Le mouvement suppose que ces acteurs se livrent à une instrumentalisation de certaines couches de la population unie autour du pays. Dans ses déclarations « honteuses et irresponsables, Oumar Mariko accuse nos FAMa d’exécutions sommaires. Quelle calomnie ! Quelles graves accusations. Le CDM demande au procureur de la République de s’autosaisir du dossier en interpellant Oumar Mariko, afin qu’il apporte des preuves de ses propos ».Situant l’évènement dans son contexte, le parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ) s’est intercédé dans l’affaire. D’abord, la force politique a voulu réagir aux allégations venant des membres du CDM. Aux membres du CDM, l’Adéma confie que l’initiative de la conférence débat sur les 31 ans de démocratie est venue de lui. Ce panel, tenu le 2 avril a regroupé plusieurs panélistes, dont le Pr. Dioucounda Traoré (empêché) ; Cheikh Oumar Cissoko (empêché) ; Me. Mountaga Tall ; Mme Sy Kadiatou Sow ; Pr. Ali Nouhoum Diallo ; Oumar Mariko ; Tiébilé Dramé…. Revenant sur le communiqué de condamnation du CDM concernant M. Tiébilé Dramé, l’Adéma-PASJ qualifie la teneur dudit communiqué « de grosse déformation des faits ».La force politique estime que Tiébilé Dramé n’a pas parlé de la célébration prochaine du 10ème anniversaire de l’Azawad. Etablissant la vérité, le parti est revenu sur les propos de M. Dramé : « Après le succès de la révolution démocratique, le Mali se trouve confronté à un certain nombre de difficultés dont on peut énumérer quelques-unes. C’est un pays fragile, divisé et très divisé… Un pays où la menace séparatiste est particulièrement ravivée ces derniers mois. Dans quelques jours, nous aurons un indicateur. Parce que, dans quelques jours, ce sera le 10ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance de l’Azawad. L’on verra la façon dont ce 10ème anniversaire sera célébré. Ça nous donnera une indication de la force de la menace terroriste dans un contexte de crise et d’affaiblissement de notre pays ». Sur la base de ces propos, l’Adéma dit mettre le CDM au défi d’apporter des preuves que Tiébilé ait tenu des propos qu’il (CDM) estime entendre lors de son intervention. « Les auteurs (CDM) du communiqué ne peuvent apporter aucune preuve de leurs accusations, aucun fait précis pouvant confondre les intervenants dont M. Tiébilé Dramé ». Le parti annonce qu’aucune menace, intimidation ou chantage n’entamera la ferme détermination des acteurs du mouvement démocratique à sauver la démocratie, voire à s’opposer aux tentatives de falsification et de réécriture de l’histoire de la démocratie du Mali. En substance, il martèle que toutes les interventions qui ont eu lieu lors de la conférence débat ont été enregistrées et diffusées sur les toiles. Ce qui l’amène à lancer un défi aux membres du CDM d’apporter des preuves contre les panélistes qu’il accuse.

Mamadou Diarra

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.