SORTIE DE CRISE AU CNPM: L’ADMINISTRATION PROVISOIRE ACCUSÉE DE « CONSPIRATIONNISTE »

Un Collectif des Groupements professionnels et conseils patronaux des régions membres du patronat malien soupçonne l’administration provisoire du Conseil national du patronat du Mali (CNPM) d’écarter des potentiels candidats lors de la prochaine Assemblée générale élective du président du secteur privé. C’était à la faveur d’une conférence de presse tenue ce samedi à l’hôtel de l’Amitié de Bamako.

Ce collectif dirigé par Youssouf TRAORE a été mis en place suite au constat d’un complot de tripatouiller les textes du CNPM par l’administration provisoire dont le mandat est de ramener la paix au sein du secteur après un feuilleton judiciaire de plus d’une année entre les acteurs.

Le collectif s’est fixé la mission suivante : prévenir et éviter toute nouvelle crise plus grave à leur organisation commune. Ainsi, en organisant cette conférence de presse, le collectif, qui regroupe 24 membres sur les 39 membres du CNPM, entend alerter sur le risque du travail de l’administration provisoire mise en place pour tourner la page de la crise au sein du CNPM.

En effet, le président Youssouf TRAORE accuse des membres de l’administration provisoire d’outrepasser leur mandat en modifiant des textes en violation des résolutions de l’Assemblée générale du 2 avril 2022.

« Conformément à l’Assemblée générale Extraordinaire du 2 avril 2022, le mandat de l’Administration provisoire concerne exclusivement la gestion courante de l’Organisation, l’élaboration et l’adoption d’un règlement électoral et l’organisation de nouvelles élections libres, transparentes, crédibles acceptées de tous et surtout sans exclusion », a rappelé Youssouf TRAORE.

Ainsi, le président de ce collectif ajoute que le mandat de l’administration provisoire l’interdit de modifier les textes et de prendre des décisions unilatérales sans l’aval de l’Assemblée générale qui a approuvé ses missions.

De son côté, Omar DIOUARA membre de l’administration provisoire et du collectif, enrichit les propos de son prédécesseur : « Le toilettage des textes concerne uniquement le règlement électoral. Il s’agit de préparer un texte sur lequel tous les acteurs vont se mettre d’accord pour aller à des élections apaisées, crédibles ».

À l’issue du processus des élections, il appartiendra au nouveau bureau de toucher aux textes. Parce que, explique-t-il, la modification des statut et règlement du CNPM va prendre beaucoup de temps puisqu’elle sollicite l’implication de tout le monde. Aussi, des textes du CNPM en vigueur encadrent des modifications. Donc, la l’administration provisoire ne peut pas toucher aux statuts et règlement.   

En dépit de ces dispositions, a déploré M. DIOUARA, l’administration provisoire a modifié le statut du CNPM d’emblée rejeté par le collectif. En plus de la violation de forme, ce nouveau statut contient beaucoup de problèmes, dont l’exclusion des candidats potentiels à la prochaine assemblée générale élective du CNPM.

Preuve : ce statut souligne ainsi « toute personne ayant occupé le poste de président, quel que soient la durée, le mode d’accès devient un président d’honneur ».

Cette même disposition a été reprise dans le règlement électoral et vise le candidat Diadié dit Amadou SANKARE sans le citer nommément, a affirmé M. DIOUARA. «Diadié, tu ne peux pas te représenter. C’est très clair », a-t-il interprété.    

Il a aussi dénoncé un forcing de l’Administration provisoire dans l’adoption des documents en refusant de soumettre les textes aux débats.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.