RENCONTRE CEDEAO-MALI DEMAIN… DERNIÈRE CHANCE DE GOODLUCK ?

Le médiateur de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour le Mali, l’ancien président nigérian, Goodluck Ebele Jonathan, sera à Bamako demain jeudi 24 février en une mission de la dernière chance pour cet émissaire au nom évocateur, « bonne chance »(good luck, en anglais).

Selon le communiqué du lundi 21 février d’Abuja annonçant cet énième déplacement du haut émissaire, le médiateur sera accompagné par le président de la Commission et du commissaire en charge des affaires politiques, de la paix et de la sécurité de l’Institution sous régionale. «Cette mission fait suite à des rencontres techniques qui se sont tenues la semaine dernière sur le chronogramme des élections et permettra de discuter des prochaines étapes avec les autorités maliennes…»

Cette visite intervient dans un contexte de lassitude et une forme d’essoufflement des dirigeants de l’organisation ouest africaine, qui semblent désormais disposés à lâcher du lest sur la durée du chronogramme proposé par Bamako. Faut-il rappeler qu’au départ très fermes sur la tenue à tout prix des élections au Mali le 27 février (expiration du délai initial des 18 mois), les dirigeants de la CEDEAO ont fini par accepter le principe d’une rallonge de la transition malienne. Mais, les présidents Nana Akuffo Addo et ses pairs, dont Alassane Ouattara, n’ont imaginé qu’une prolongation minimale de 6 mois, avant de concevoir aujourd’hui un chronogramme pouvant s’étendre sur 12 mois.
Pendant ce temps, le président sénégalais, président en exercice de l’Union Africaine, (dont le pays est visiblement plus touché par ces sanctions contre le Mali) plaide pour « un schéma raisonnable pour la levée des sanctions. C’est dire que la CEDEAO, qui a sûrement noté l’inefficacité des mesures de coercition prises, est disposée à « ajouter de l’eau à son gnamakoudji », selon l’expression d’Alassane Dramane Ouattara.

En outre, le président de la Transition malienne, le Colonel Assimi Goïta, déplorant des énormes difficultés que provoquent ces sanctions sur le quotidien de ses compatriotes, malgré les velléités intransigeants du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, va devoir revoir sa copie. Il s’en suit, selon des confidences, qu’un accord est sur le point d’être trouvé pour aboutir à la levée de ces sanctions au grand soulagement des populations.

Cet accord pourrait consister à diviser la poire en deux par rapport au délai de la prolongation. Et le nouveau chronogramme sur le point d’être conclu devrait tourner autour de 16 à 24 mois, sous la pression de nombreux partenaires discrets au sein même de l’organisation ouest-africaine et des pays membres de l’Union Africaine. N’est-ce pas cette possibilité diplomatique qui a fait que la nouvelle charte adoptée lundi par le CNT (parlement provisoire) a fait un omerta sur la durée de la prolongation ? Certainement.

Le Médiateur Goodluck Jonathan est donc en mission de dernière chance, s’il n’arrive pas à convaincre, avec son équipe, le chef de l’Etat, le Colonel Assimi Goïta, sur les risques d’isolement que court le Mali au sein de l’espace communautaire. Et, comme le Nigérian connaît bien désormais l’état d’esprit des plus hautes autorités de la Transition malienne, l’on peut gager qu’il exploitera les chances liées à son…patronyme, pour sauver la face de tout le monde !

Bruno D SEGBEDJI.

Source : Mali Horizon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.