QUELLE RÉPONSE À LA RÉCURRENCE DES CRISES ALIMENTAIRES ? [INTERVIEW]

Le coût des denrées alimentaires a considérablement augmenté depuis le début de l’année, laissant de nombreuses personnes dans les pays en développement non seulement affamées, mais aussi plus pauvres.

Les prix élevés de l’énergie, une pandémie et la guerre en Ukraine, qui a rendu plus difficile l’importation de céréales, se sont combinés pour créer une crise alimentaire à grande échelle. Dans de nombreux pays, l’absence de pluies saisonnières a également entraîné une diminution de la quantité de nourriture à consommer ou à vendre.

Boaz Keizire est le responsable des politiques et du plaidoyer de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique, une organisation qui promeut de meilleures stratégies agricoles pour l’Afrique. Il s’est récemment entretenu avec Africanews pour discuter des approches durables nécessaires pour mettre fin aux crises alimentaires récurrentes sur le continent.

Êtes-vous préoccupé par les troubles sociaux potentiels qui pourraient éclater en Afrique en raison de la hausse des prix alimentaires ?

Je suis inquiet en tant que personne, mais le continent l’est aussi. Nous assistons actuellement à la plus grande crise du coût de la vie du 21e siècle, et la capacité des gens à y faire face diminue. L’horloge fait tic-tac.

Il reste encore un peu de temps pour que nous puissions commencer à voir le coût de la vie et toutes les souffrances humaines qu’il entraîne. La FAO estime que près de 83% des revenus des ménages pauvres sont consacrés à la nourriture. Cela signifie donc que s’il y a des changements dans les prix, s’il y a des augmentations du coût de la vie, cela peut potentiellement se transformer en troubles sociaux et cela crée également des défis politiques.

Les gouvernements africains ne restent pas les bras croisés. Que font-ils maintenant pour réduire le coût croissant de la nourriture ? Quelles sont les mesures qu’ils entreprennent ?

Ils mettent en place des mesures incitatives pour améliorer l’efficacité des chaînes d’approvisionnement. Ils essaient également de mettre en place des subventions pour l’agriculture, les semences et les engrais afin de s’assurer que la production augmente. Ce sont là quelques-uns des efforts déployés.

Ils travaillent aussi délibérément à la protection des consommateurs en mettant en place des plans de relance et en renforçant les filets de sécurité sociale pour s’assurer que les gouvernements sont en mesure de répondre et de faire face au choc.

L’une des autres mesures clés que nous observons sur le continent et que certains dirigeants mettent en œuvre est le renforcement de leurs réserves alimentaires stratégiques. Idéalement, pour stabiliser les approvisionnements ainsi que les prix et soutenir les approches nationales.

Le monde se réjouit de l’accord d’exportation de céréales entre la Russie et l’Ukraine, mais ce n’est que du court terme. Comment aborderiez-vous les problèmes structurels profonds qui sont à l’origine des crises alimentaires dans de nombreux pays en développement ?

Le récent sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires nous a appris que les dirigeants doivent faire plus et augmenter les investissements dans des domaines tels que l’adaptation au climat, l’agriculture de conservation ou l’agriculture régénérative. L’idéal étant d’améliorer la productivité sans perturber l’environnement.

La crise en Ukraine n’est pas la première crise. Avant elle, nous avons eu la crise du changement climatique et l’invasion de criquets en Afrique. Puis il y a eu les augmentations des prix du pétrole et du gaz, avant même la crise ukrainienne. Tout cela a exacerbé le défi sur le continent.

Le Forum africain sur la révolution verte, qui se tiendra cette année à Kigali, au Rwanda, est une occasion unique pour les gouvernements et les chefs d’entreprise de discuter et de se mettre d’accord sur certaines des solutions. Ils doivent accélérer le commerce dans la région, en particulier la mise en œuvre du commerce intra-africain. Ce n’est qu’à ce moment-là que nous pourrons voir où il est possible d’acheminer la nourriture des zones déficitaires vers les zones excédentaires.

Nous voyons des engrais produits au Nigeria par Dangote, mais qui arrivent sur les marchés d’Europe et du reste du monde, au lieu d’atteindre les ménages les plus pauvres d’Afrique, simplement à cause de contraintes structurelles. Les dirigeants doivent agir sur certains de ces défis pour être en mesure de renforcer le commerce au sein de la région.

Vous avez travaillé à l’Union africaine. Cette année est l’année de la nutrition en Afrique. Selon l’Union africaine, quelles sont les plus grandes menaces pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’Afrique, et que fait-elle pour y remédier ?

Je résumerais les défis qui sont enracinés dans le continent comme l’incapacité d’avoir une forte capacité de réponse. Le plus grand défi de l’Afrique n’est pas l’argent. Le plus grand défi est le manque de coordination. C’est le manque d’investissements appropriés pour réaliser les programmes que nous avons déjà. Il y a beaucoup d’argent dans l’écosystème. Les systèmes alimentaires sont mis à mal simplement en raison de l’absence d’engagements plus fermes.

Et je pense que les dirigeants doivent faire plus que ce qu’ils font aujourd’hui, car le statu quo ne nous mènera pas là où nous devons être.

Source : Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.