PROPOS D’EMMANUEL MACRON CONTRE LES AUTORITES DE LA TRANSITION: CE QU’EN PENSENT CERTAINS DE NOS LECTEURS

En tournée en Guinée Bissau, le Président Français Emmanuel Macron a tenu des propos venimeux contre les autorités de la transition malienne et leurs « alliés » en les accusant sans preuve aucune, de bavures et exactions contre les peulhs. Face à cette affirmation gravissime, le journal ‘’Le Confident’’ a donné la parole à certains de ses lecteurs.

Lisez plutôt pour en savoir davantage…

 

Diakaria Diallo, Agent commercial et Chef d’entreprise : Les propos laconiques et irresponsables de Macron donnent raison à nos autorités qui depuis un certain temps dénoncent le comportement de ce pays. Dans premier temps, je condamne ces propos avec la dernière rigueur et appelle le peuple français à faire de même. Maintenant dans le fond, je m’inscris en faux contre ces propos. Je pense que Macron souhaite faire du Mali un autre Rwanda (Dieu nous en garde). Son objectif est de créer le chaos comme en Lybie et dans d’autres pays. Il n’y a jamais eu de crise identitaire au Mali même si force est de reconnaitre qu’il y a plusieurs peulhs parmi ces lâches de terroristes.

Nous sommes un même peuple et rien ne pourra changer cela, ils (les dirigeants Français) disent la même chose et ont poussé nos frères du Nord (certains) à la rébellion, mais le peuple malien du Nord au Sud, de L’Est à l’Ouest, fini toujours par se retrouver. Je dis donc halte au discours haineux d’un Président en perte de puissance sur le plan international. Cette politique ne marchera pas chez nous s’il plait à Dieu.

Moussa Diarra alias Ladji Ba: A mon humble avis la France est dans un jeu qu’elle maîtrise déjà. C’est à dire créer des conflits ethniques dans nos pays pour ces propres intérêts. Donc maintenant c’est à nous d’être très vigilant et très compréhensifs par rapport à ces déclarations de calomnie de la part de la France pour nous diviser. Si non à ce que je sache, le président français n’est pas le porte-parole des peuls pour faire une telle affirmation sans fondement. Le Mali restera toujours sur pied, malgré ses tentatives de déstabilisations.

Daouda Dao enseignant: Moi, je pense que ce Macron cherche à salir coûte que coûte le nom des autorités actuelles. C’est un populiste cet homme, il a peur de perdre le Mali et d’ailleurs il l’a déjà perdu. C’est l’occident qui trame tous ces coups contre le Mali et tout ça pour déstabiliser notre pays. Petit à petit la France perdra toutes ses colonies africaines.

Matenin Niambélé : Macron sentant une de ses colonies (l’un des plus importants) lui échapper, fait le tour d’Afrique (Cameroun, Bénin, Guinée Bissau…) pour s’assurer qu’il est encore maître des lieux. Macron, n’ayant pas digéré la série de déculottée miliaire, diplomatique à lui infligée par le Mali, rejoue la carte ethnique en avançant de telles allégations qui sont loin d’être fondées.

Puisqu’aucune association ou organisation de droits humains au Mali n’en a fait cas. Heureusement aussi que les autorités maliennes ont pris les devants en signifiant à Macron dans un communiqué télédiffusé d’abandonner des attitudes, coloniales, paternaliste et condescende et de le rappeler que‘’personne n’aime le Mali mieux que les Maliens (…) ».

C’est bien dommage que l’ancienne puissance coloniale reste vautrée dans des réflexes coloniaux et soit déconnectée de la réalité pour se rendre compte que le Mali est dans une logique de prendre son destin en main. Autrement dit : Le Mali chercher sa voie et souhaite avoir la paix.

Hamidou Traoré dit Juriste: Tout d’abord, je condamne avec énergie cette déclaration du président de la république française, Emanuel Macron, qui a pour seul objectif de salir l’image des autorités de la transition ainsi que les Forces Armées maliennes. Puis, je précise que les militaires agissent sur le terrain en respectant les droits de l’Homme et le droit international humanitaire. Les militaires sont très bien formés et agissent de façon très professionnelle. De plus, les FAMa font leur combat de façon autonome sur le terrain.

En outre, il est nécessaire de dire au président français que le Mali est un pays très riche en culture où les différentes ethnies sont en parfaite symbiose et entretiennent des bonnes relations séculaires. Le président français veut à tout prix faire semer une guerre ethnique au Mali à travers ces déclarations haineux (il n’y arrivera jamais).

Aussi, faut-il lui dire que les Forces armées maliennes sont composées de plusieurs ethnies et qui sont en bon contact avec les populations. Les militaires combattent les terroristes en sécurisant la population et en défendant l’intégrité du territoire national malien. Aujourd’hui, les FAMA ont récupéré leur place d’antan dans la sous-région grâce au leadership des plus hautes autorités de la transition en particulier le président de la transition, son excellence colonel Assimi Goita et le stratège,le libérateur, colonel Sadio CAMARA, ministre de la Défense et des Anciens Combattants. Nous sommes fiers de nos Famas et nous les soutenons sans cesse pour leur combat patriotique.

Enfin, je salue les autorités de la transition pour le nouveau chemin d’indépendance que le Mali a emprunté. Vive les autorités de la transition !Vive le Mali.

Gaston Dougnon : Je suis Dogon, mais j’ai des amis peulhs avec lesquels je partage joie et peine. Ces exécutions tant criées par Macron et alliés sur la communauté peulhs, n’est que diffamation. Les FAMAS Sont composées de toutes les ethnies du Mali sans exception. Nous avons eu des villages dogons détruits avec plus de 200 morts, et parmi ces Villageois il y’avait des peulhs, bambara et autres ethnies. On cherche tant à créer une guerre ethnique au Mali, alors que toutes les ethnies vivent en parfaite symbiose. Ils ont commencé cette politique de division au nord et maintenant ils veulent essayer au centre, mais ça ne marchera pas. Nous sommes Maliens et on ne se laissera pas tomber dans ce piège. Je lance un appel à mes frères dogon, peulhs, tamashek, Arabe, berbère, Béla, sonrhaï, bambara…, de rester unis et de toujours communier ensemble.

Balla Sangaré, juriste logisticien: Malgré son échec, Macron ne change pas de stratégie raison pour laquelle il a avancé un tel propos. En tout cas, cela n’est pas étonnant, car il est à la recherche d’un alibi pour lever sa tête sur la scène internationale après avoir été chassé et humilier par le Mali. Il veut coûte que coûte justifier auprès de la communauté internationale les raisons de sa présence au Mali. Et il va rester dans cette posture jusqu’à la fin de son mandat.Aujourd’hui, je pense que la majorité des Maliens ont compris l’idée de faire tomber ce beau pays dans un conflit ethnique. Restons soudés pour démasquer les commanditaires de la déstabilisation de ce beau Pays le Mali, que nous aimons tous.

Dr Ousmane Diarra : Je commencerais mon analyse par cette citation du Pr. Albert “Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement”. Monsieur Emmanuel Macron doit tirer une leçon de sa visite sur le continent Africain le berceau de l’humanité que la jeunesse africaine consciente n’est pas à vos côtés elle sait quel rôle vous jouez et se tourne désormais vers d’autres horizons. C’est cela votre plus grande crainte l’Afrique vous échappe déjà c’est une question de temps et le fusil changera d’épaule.

“Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton”. Chers Africains, nous sommes immensément riches et intelligents pour nous diriger et nous développer nous-mêmes et le moment venu, nos anciens bourreaux seront contraints à confesser ces choses! Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu’il a été créé”.

Richard Konaré, Chargé de communication au Commissariat du Développement Institutionnel: La France garde trop les rancunes. Macron ne veut pas perdre le Mali mais il sait que cette transition n’est pas facile à manipuler en même elle a le soutien de la population. Macron veut créer une tension entre les populations et les autorités de la transition pour être solliciter à intervenir et faire chuter les autorités de la transition qui les dérangent. Ensuite, il ne veut pas perdre ses intérêts au profit de la Russie.La présence russe va menacer les intérêts français au Sahel.

OUSMANE DICKO ICOMSUP: Avant tout propos, nous saluons la montée en puissance de nos Famas et encourageons nos autorités à préserver dans la dynamique de la traque des terroristes qui désormais évite nos forces armées et attaques nos concitoyens. Et nous prions pour le repos de l’âme de nos défunts civils et militaires. Et nous demandons la mobilisation de l’ensemble des forces vives de la nation et du peuple malien aux côtés de nos FAMAS qui œuvrent nuit et jour pour notre sécurité au risque de leur vie.

Comme nous le savons, lors de sa récente tournée en Afrique, précisément en Guinée Équatoriale, Emanuel Macron a affirmé que les militaires maliens et alliés s’adonnent à l’exécution des peulhs. Tout d’abord :

Je ne vois pas en quoi Monsieur Macron président de la France se mêle des problèmes internes du Mali, pays hautement souverain.

C’est bien les militaires français qui ont bombardé des peuls en cérémonie de mariage à Bounty (Douentza) et à côté de Mopti.

Les Famas sont constituées de toutes les ethnies au Mali et sont fortement riches de capacités de discernement sur le terrain, au cours de leur mission patriotique de protection des personnes et de leurs biens contre tous ennemis de l’intérieur comme de l’extérieur. Cette sortie de Macron, réconforte d’avance la notoriété de nos autorités auprès de nos concitoyens et la réaction de MACRON n’est qu’une nouvelle stratégie de vouloir opposer les maliens (guerre ethnique) et penser mettre en mal nos autorités, après plusieurs tentatives de déstabilisation du Mali. Les Maliens s’attendent à d’autres pièges déjà voués à l’échec de sa part et de ses complices en Afrique et au Mali.

Enfin, j’aimerais dire à nos autorités : celui qui aime la paix, se prépare à faire la guerre et dire aux maliens ‘’qu’un pays n’aura pas la paix sans la mobilisation du peuple auprès des forces armées de la République au service du peuple ».

Nous prions Dieu, pour la stabilité et la paix dans notre pays et que Dieu bénisse le Mali.  Amen.

Mamoutou Tangara, juriste et Journaliste : Le président Macron est sur le point de créer une autre crise d’abord entre son pays et le Mali, mais aussi entre les Maliens. Le plus important aujourd’hui, c’est de comprendre que Macron a été désagréablement surpris de voir le Mali s’assumer jusqu’à ce niveau (faire recours à des mesures préventives (chasser les médias français),des ripostes sécuritaires et diplomatiques (dénonciation de l’accord de défense et désapprobation de l’Ambassadeur de France…)

Dans cet état de fait, toutes choses qui peuvent permettre à la France de Macron de déstabiliser ce régime seront les bienvenues. Cependant, le peuple ainsi que les autorités maliennes doivent rester vigilants et ne doivent rien céder. Nos dirigeants ne doivent pas répliquer ni de répondre aux provocations mais, doivent prouver à nos frères peuls que ceux qui nous divisent ne sont pas nos amis. Cela par des actions concrètes eu égard de la politique de cohésion et de retour de l’administration qu’ils ont déjà élaboré.

Ensuite montrer à l’opinion nationale et internationale l’unité du Mali à travers l’implication des groupes Tabital Poulakou, Dana Ambassakou, Ganda-Izo et autres associations du genre dans les processus en cours. Ils se retrouvent dans toutes les instances de décision comme ils ont fait avec la CMA et la PLATEFORME…

Ainsi, on finira à faire taire Macron qui ne cherche qu’à déstabiliser ce pays qu’il considérait comme un patrimoine de la France.

Seketa Diarra: Avant toute chose, la France n’est plus considérée comme un État craintif en Afrique. Macron est un missionnaire français misérable nul en politique et en diplomatie. Les propos irresponsables de « macaroni » ont terni l’image de la France et celle du monde Occidental. Lors de sa dernière tournée en Afrique, il a été prouvé que l’Occident et ces présidents bénis Oui-Oui ont échoué face à la prise de conscience du peuple africain.

Macaroni dit :‘’les militaires maliens et alliés s’adonnent à l’exécution d’une ethnie spécifique qui sont les peulh’’.

Personnellement, je pense que c’est un aveu d’impuissance ou d’échec. La diplomatie française n’est plus sollicitée à plus forte raison que l’Allemagne a demandé à cet État vampire de céder sa place au sein des Nations-Unies en parlant du droit de veto.

En résumé, la France est mal placée pour nous donner des leçons de morale. À bas la France et ces complices. Que Dieu bénisse le Mali. Amen !!!

Seydou Diarra, juriste: Selon moi, Macron voulait semer un KO entre les Maliens eux mêmes. Leur idéologie est de faire du Mali un autre Rwanda. Mais Dieu est au contrôle et les Maliens ont compris leurs plans qui seront voués à l’échec.

 

Oumar dit Baba Coulibaly, juriste: Le message apparaît comme un dénigrement des autorités de transition sans apporter les preuves source de division des peuples.

Bakara Diarra: Pour moi la France n’arrive pas à digérer leur départ précipité au Mali, en toute franchise je n’ai pas vu des preuves réelles qui confirment que notre armée à exécuter des peulhs.

Source : Le Confident

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.