Présidentielle 2018 : IBK rempile pour un nouveau quinquennat

Ibrahim Boubacar Keïta est réélu à la tête du Mali pour un nouveau mandat de cinq ans. La Cour constitutionnelle a rendu publics ce lundi les résultats définitifs du second tour de la présidentielle. Pas de grands changements par rapport aux résultats provisoires proclamés la semaine dernière par le ministère de l’administration territoriale. IBK est crédité de 67,16% des voix, face à son rival Soumaïla Cissé qui recueille 32,84%. Sur les 8 millions d’électeurs, 2,7 millions ont voté, plus de 85 mille bulletins nuls ont été enregistrés pour un taux de participation de 34,32%.

C’est donc parti pour un nouveau quinquennat. Ibrahim Boubacar Keïta, candidat à sa propre succession, rempile en effet à la tête de l’Etat malien pour cinq nouvelles années. IBK devrait être investi officiellement dans ses fonctions le 4 septembre prochain par la Cour suprême.
Comme en 2013, Soumaïla Cissé était le principal adversaire d’IBK à ces élections. Il s’était déclaré « vainqueur » de cette élection au regard, dit-il, des résultats compilés par la Commission de centralisation de l’URD. Le chef de file de l’opposition, qui a dénoncé samedi au cours d’une marche à Bamako, « la fraude massive et le bourrage des urnes », avait mis en garde contre « toute manipulation des résultats par la Cour constitutionnelle », avant d’appeler ses partisans à « la résistance ». Ses avocats ont introduit d’ailleurs au moins 8 requêtes aux fins d’annulation des résultats de certains bureaux de vote favorables au candidat IBK. Mais ces requêtes, dont plusieurs ont été déclarées « irrecevables », n’ont pu inverser les chiffres de l’administration territoriale.
Ibrahim Boubacar Keïta est donc le troisième président démocratiquement élu au Mali. Sa réélection intervient dans un contexte où les attentes des Maliens sont nombreuses. Ils réclament la sécurité, l’emploi, l’accès à l’éducation et la santé, la lutte contre la corruption et la pauvreté.
Colère et déception au QG de campagne du candidat Soumaïla Cissé. Juste après la proclamation de ces résultats, ses partisans ont tenu un meeting où ils dénoncent « une mascarade électorale ».

L’ambiance était plutôt festive dans le camp IBK. Ses soutiens qui ont suivi la proclamation des résultats au QG de campagne, se félicitent d’une « victoire éclatante ».
Mahamane Baby, un des responsables du bureau politique national du RPM.

 

Quelques heures avant la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle par la Cour Constitutionnelle, la Coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali (Cocem) a rendu public son rapport sur le second tour. Dans un document critique sur la crédibilité du scrutin du 12 août, elle s’interroge sur les résultats, notamment dans près de 400 bureaux de vote.

Source: studiotamani

Laisser un commentaire