PRÉSIDENCE DE L’URD: AUCUNE PARTIE N’A ÈS-QUALIFIÉS

Le tribunal de la commune V saisi dans le contentieux politique opposant les cadres du parti Union pour la république et la démocratie (URD) n’a confirmé aucune des parties. Bien au contraire, le tribunal dans sa décision interdit Salikou SANOGO et Gouagnon COULIBALY d’agir en qualité du président de l’URD. 

Divisés sur la gestion du parti, les héritiers politiques de feu Soumaïla CISSE sont depuis quelques mois engagés dans plusieurs procédures judiciaires. Il s’agit d’un côté le clan dirigé par le Pr Salikou SANOGO et de l’autre côté celui conduit par Gouagnon COULIBALY élu à l’issue d’un congrès extraordinaire contesté par ses détracteurs.

Alors que la Cour d’appel est saisie du contentieux sur le congrès extraordinaire dont le verdict est attendu en principe ce 31 mai, Gouagnon Coulibaly a déposé une nouvelle assignation aux fins de mesures conservatoires auprès du juge des référés du tribunal de grande instance de la commune V du District de Bamako auquel il a demandé deux choses : d’interdire à lui Gouagnon Coulibaly et à Salikou Sanogo de poser des actes en tant que président ou à leur nom ; de mettre sous scellés le bureau et les documents du Président défunt Soumaila Cissé.

Le juge des référés du Tribunal de grande instance de la commune V en son audience de ce 24 mai 2022 a rendu la décision dont le dispositif est ainsi conçu : « Nous, juge des référés, statuant par décision contradictoire, en premier ressort,

rejetons l’exception d’incompétence et les fins de non-recevoir soulevées,

déclarons l’assignation recevable.

Ordonnons à M. Salikou Sanogo et à M. Gouagnon Coulibaly de surseoir à tous actes en qualité de président de l’URD jusqu’à la décision sur l’instance en validation d’élection pendante devant la cour d’appel de Bamako.

Fixons l’astreinte à un million de FCFA par acte constaté.

Rejetons le surplus de la demande.

Mettons les dépens à la charge de M. Salikou Sanogo ».

En clair, ces deux cadres de l’URD ne peuvent plus agir en qualité de président du parti de feu Soumaila CISSE.

Pour les partisans de Gouagnon, cette décision est une nouvelle victoire parce que c’était le sens de l’assignation. En revanche, l’autre camp estime que la décision ne frappe pas Salikou SANOGO en tant que 1er vice-président du parti.

‘’En termes clairs, le tribunal interdit à Salikou et aux siens de signer et/ou d’agir au nom de l’URD.  Cette décision du tribunal répond absolument à nos attentes et est rigoureusement conforme à nos prétentions déférées devant le juge’’, nous a confié un proche de Gouagnon COULIBALY.

« S’agissant du point 1, si Gouagnon COULIBALY et Salikou SANOGO doivent surseoir de poser des actes en qualité de Président de l’URD, il est évident que Salikou SANOGO n’est nullement interdit d’agir au nom de l’URD en sa qualité de 1er Vice-président comme il le fait habituellement », commente un communiqué signé par le secrétaire général du bureau conduit par Pr Salikou SANOGO.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.