NSE : Le Mali demande une plus grande transparence de la part de la MINUSMA

A l’ouverture de la séance de travail ce mardi, 26 juillet 2022 avec Monsieur Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint des Nations Unies, chef des opérations  de maintien de la paix, en visite dans notre pays, le Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maiga a été très clair par rapport à la situation des 49 militaires ivoiriens ainsi que la position actuelle de la MINUSMA. Pour la circonstance le Premier ministre était accompagné, par neuf (9) membres du Gouvernement

Dans ses propos liminaires,  le PM a rappelé ces propos tenus le 25 septembre 2021 à la tribune des Nations Unies: ‘’Il n’existe pas au Mali de sentiment anti-MINUSMA’’. ‘’Mais cela dit, aussi longtemps que les raisons pour lesquelles la Mission a été déployée, à la demande de notre pays, ne sont pas comprises et satisfaites ; aussi longtemps que la MINUSMA aura du mal à s’acquitter convenablement de son mandat ; aussi longtemps, que les populations vont continuer à regretter le passé récent fait de quiétude, les interrogations sur l’utilité et la pertinence de la présence internationale constitueront des sujets de préoccupation, qu’il faut savoir aborder avec courage et lucidité et non chercher à éluder avec malice’’, a déclaré le PM.

Tout de même, le Premier réitère, solennellement, les fortes réserves exprimées par l’État du Mali, quant au mécanisme des droits de l’homme, sans l’implication de l’État malien.

Il est impératif, selon le PM, de renforcer la coordination et de continuer étroitement à travailler ensemble, la main dans la main, et non pas de travailler les uns à côté des autres, y compris sur les questions de droits de l’homme, dont notre Gouvernement et notre Armée sont à la fois soucieux et respectueux, en vertu de notre culture ancestrale et aussi en vertu de nos engagements internationaux.

Le Gouvernement du Mali a convié la MINUSMA à des échanges pour clarifier certains aspects de notre coopération, afin de créer les conditions propices à la levée de la mesure suspensive de la rotation des contingents de la MINUSMA.

Concernant la situation spécifique des 49 éléments de l’armée ivoirienne arrivés par vol civil, à l’Aéroport international Président Modibo Keïta, le dimanche 10 juillet 2022, sans information préalable des autorités compétentes maliennes, le Gouvernement du Mali réitère sa demande de clarification des liens légaux ou contractuels entre les militaires ivoiriens concernés, Sahel Aviation Service et le contingent allemand de la MINUSMA.

Au-delà des questions particulières, comme celles se rapportant à la situation des Éléments Nationaux de Soutien (NSE) des pays contributeurs de troupes, le Gouvernement du Mali souligne la nécessité d’une plus grande transparence de la part de la MINUSMA en ce qui concerne ses effectifs en activité sur le sol malien, ainsi que sur les conditions de déploiement et de rotations de contingents militaires et civils et des NSE.

‘’Concernant la situation sur le terrain, en lien avec le retrait de certaines forces, je voudrais vous assurer que les dispositions sont prises, afin qu’aucune situation de vacuité, aucun vide sécuritaire ne se crée à la suite du départ des forces françaises, de la Task Force Takuba et de la Force conjointe du G5 Sahel, dont les éléments maliens sont déjà rappelés sous le drapeau, au compte de l’Etat-major des Armées’’, ajoute-t-il.

De la même manière, nous accordons la plus haute attention à la situation humanitaire sur le terrain, en particulier au Centre et au Nord de notre pays, afin d’y apporter les réponses appropriées en coopération avec la communauté humanitaire.

Le PM réitère  la disponibilité au dialogue du Gouvernement du Mali, dans le respect de la souveraineté, de l’indépendance de notre pays et la dignité du peuple malien.

Brehima DIALLO

Source: 22 Septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.