NEUTRALISATION D’UN CHEF TERRORISTE AU BURKINA : C’est Bon Pour Le Moral Mais Il Faut Garder L’arme Au Pied

Une bonne nouvelle venant du front, selon l’état-major général  des  armées burkinabè. En effet,  une douzaine de terroristes ont été  tués,  le 26 mai  2022,  sur l’axe Bourzanga–Djibo à  Tongomayel dans la province du    Soum. Parmi les terroristes neutralisés, figure un chef et non des moindres, Tidiani Djibrilou Dicko, localement reconnu comme un homme très cruel  ayant une forte influence sur les nombreux jeunes de la province.

L’élimination de ce chef terroriste et de douze de ses affidés,  constitue  une victoire d’étape pour l’armée burkinabè. Car, souvenons-nous de l’attaque terroriste de Silgadji, son propre village natal, qui avait coûté la vie à une quarantaine de personnes, en janvier 2020. Ce jour-là, ce chef terroriste et son groupe avaient encerclé les populations au marché de son village avant de les massacrer. Sur injonction  de ce chef terroriste,  des hommes  avaient  été exécutés et des femmes sommées de quitter le village. C’est dire si l’armée vient de mener une opération de salubrité publique en neutralisant ce criminel très dangereux et redouté. C’est bon pour le moral mais il faut garder l’arme au pied.

 

On ose croire que cette action des FDS en appellera  d’autres encore plus vigoureuses

 

D’autant que des actions de  représailles ne sont pas à exclure. En tous les cas, il est notoire que   la mort  d’un chef terroriste, ne signifie pas la fin du terrorisme. Les exemples foisonnent et  le plus édifiant est celui  du tristement célèbre Oussama Ben Laden, traqué par l’armée américaine puis  abattu. Sa mort n’a  pour autant pas  fait reculer  les attaques  terroristes dans le monde. Du reste, aucun pays  au monde n’est aujourd’hui  à l’abri de l’hydre terroriste. Si l’élimination du sanguinaire Dicko et de ses compagnons peut  permettre aux populations de la localité de Bourzanga  de mieux respirer,   il faut nécessairement protéger ces mêmes  populations qui prennent le risque de collaborer avec les FDS en leur donnant des informations. Ces populations  n’aspirent qu’à vivre en paix. «  C’est un travail de plusieurs mois des services de renseignements, qui a permis cette action », a précisé  une source sécuritaire qui  a même souligné que  le groupe dirigé par Tidiane Djibrilou Dicko, se préparait à s’attaquer à un convoi de ravitaillement de la ville de Djibo. On ose croire que cette action des FDS sur l’axe Bourzanga-Djibo,  ne sera pas un feu de paille et qu’elle  en appellera  d’autres, encore plus vigoureuses, dans les localités sous contrôle des terroristes  à l’Est, au Centre-Nord, au Centre-Ouest et au Nord.

 

Ben Issa TRAORE     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.