MOUSSA AG ATTAHER LORS DE LA 5E CONFÉRENCE DES MINISTRES DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L’OCI À DJEDDAH : “LE MALI A FAIT DU SPORT LE FACTEUR DE MOBILISATION SOCIALE DE LA JEUNESSE AUTOUR DE LA PROMOTION DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU PLEIN ÉPANOUISSEMENT DES JEUNES”

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne, Mossa Ag Attaher, vient de participer aux travaux de la 5e Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), le 8 septembre à Djeddah, en Arabie saoudite. Lors de ce grand rendez-vous, il a livré un discours. “La jeunesse du monde islamique se trouve aujourd’hui confrontée à des défis majeurs, parmi lesquels figurent la radicalisation, l’extrémisme violent, le déplacement forcé, l’asile et la migration, qui sont provoqués par les conflits, les privations économiques, l’exclusion, la marginalisation, la mauvaise gouvernance, la faiblesse des institutions et la désintégration de la famille”, dira-t-il. Avant d’ajouter que : “Le Mali a fait du sport, le facteur de mobilisation sociale de la jeunesse autour de la promotion de la cohésion sociale et du plein épanouissement des jeunes”. Voici le discours intégral du ministre Mossa Ag Attaher.

C’est un réel plaisir et un insigne honneur pour moi de participer, aux travaux de la 5e Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de l’Organisation de la coopération islamique, initié par le secrétariat général et le ministère des Sports du Royaume d’Arabie saoudite. En cette heureuse circonstance, permettez-moi, de transmettre à cet auguste assemblé les salutations chaleureuses et fraternelles de Son Excellence le colonel Assimi Goïta, président de la Transition, chef de l’Etat et celles de l’ensemble du peuple frère du Mali.

La jeunesse du monde islamique se trouve aujourd’hui confrontée à des défis majeurs, parmi lesquels figurent la radicalisation, l’extrémisme violent, le déplacement forcé, l’asile et la migration, qui sont provoqués par les conflits, les privations économiques, l’exclusion, la marginalisation, la mauvaise gouvernance, la faiblesse des institutions et la désintégration de la famille. Ces défis compromettent la capacité des jeunes à contribuer au développement et à la prospérité de nos pays.

Face à ces défis, notre organisation, qui est assurément la deuxième organisation la plus importante au monde après l’ONU avec ses 57 Etats membres répartis sur quatre continents, se doit de jouer un rôle prépondérant sur l’échiquier international pour le rayonnement de l’esprit et de la philosophie qui sous-tendent sa création. Elle se doit davantage d’assurer la sauvegarde et la protection des intérêts dans l’esprit de promouvoir la paix internationale et l’harmonie entre les différents peuples du monde. Elle se doit de s’adapter à l’évolution du monde islamique et de répondre adéquatement aux exigences du 21e siècle.

La jeunesse constitue un énorme et précieux capital pour nos Etats. Elle gagnerait donc à être renforcée et promue pour favoriser le changement politique, économique et social escompté dans notre espace. La stratégie

Dans cette perspective, je me réjouis de la tenue de la présente conférence et me félicite surtout du thème retenu : “Promouvoir la jeunesse et le sport aux fins de bâtir une Oummah solidaire”.

Ce thème montre à suffisance toute l’importance qu’accorde notre Organisation de la coopération islamique à la valeur humaine. Il constitue une opportunité pour échanger sur les questions liées à la promotion de la jeunesse et au développement des sports dans le but de bâtir une Oumma solidaire. Il permet également d’aborder les défis et les contraintes qui entravent le renforcement des capacités des jeunes et le développement du sport dans notre espace. Il nous permet en outre de proposer les solutions et les stratégies appropriées en vue de renforcer la solidarité entre les Etats membres dans ce domaine. La solidarité est un devoir social nécessaire, une obligation réciproque d’aide et d’assistance, une collaboration gracieuse entre les membres d’un groupe, d’une communauté du fait du lien qui les unit. La solidarité n’existe qu’à l’intérieur d’un groupe social défini.

Abordant le thème de la conférence, je voudrais solennellement dire ici que le Mali a fait du sport, le facteur de mobilisation sociale de la jeunesse autour de la promotion de la cohésion sociale et du plein épanouissement des jeunes.

Dans cette dynamique, la mise en œuvre de la Politique nationale de développement du sport, adoptée en 2016, l’organisation régulière de Tournoi sportif pour la paix de la jeunesse, la tenue de Journées citoyennes et sportives de la jeunesse, l’animation de Grand Trail de la Jeunesse, la tenue de Semaine d’activités socioéducatives de jeunesse, l’adhésion à Youth Conneck Africa et la création de Youth Conneck Mali constituent des levains solides pour une mobilisation accrue de la jeunesse autour et au service du développement socioéconomique et culturel du pays.

La mise en place prochaine du Conseil supérieur de la jeunesse et l’adoption de la Politique nationale de la jeunesse augurent des perspectives radieuses pour la jeunesse malienne. La Politique nationale de la jeunesse, qui s’inspire aussi de la Stratégie de l’OCI pour la jeunesse adoptée à Bakou en Azerbaïdjan en 2018, sera l’unique référence pour les interventions dans le domaine de la jeunesse.

Besoin est-il de dire que la dynamique mise en place par les autorités de la Transition a permis de réaliser des performances dans le domaine sportif. Pour la première fois dans son histoire, le Mali a accédé aux barrages de la Coupe du monde de football. Les jeunes basketteurs ont gratifié le Mali en hissant le drapeau national au sommet de l’Afrique lors de l’Afrobasket U-18, Madagascar 2022 en devenant respectivement championnes d’Afrique et médaillés de bronze. La boxe a conquis le monde en remportant la médaille d’or à l’occasion du Tournoi européen d’Eindhoven au Pays-Bas en juin 2022.

Les perspectives sont prometteuses en matière de promotion et de développement du sport avec la valorisation des sports traditionnels, la réhabilitation des infrastructures sportives, les actions de renforcement de la gouvernance et de la transparence en milieu sportif avec l’adoption du Statut type des fédérations sportives, le renforcement du cadre institutionnel avec la création du Champ hippique et équestre de Bamako et les mesures en cours pour renforcer la préparation et la participation de nos équipes nationales aux compétitions internationales.

Ce tableau illustre la volonté du gouvernement actuel d’aller à une réelle refondation de l’Etat du Mali. Il est l’expression d’une volonté forte de faire de notre pays, un Etat apaisé, durablement engagé dans la construction d’un lendemain meilleur. Pour y arriver, mon pays compte sur la solidarité et la fraternité des pays amis et partenaires, notamment ceux de la Oumma islamique avec qui il partage indéniablement des valeurs communes. D’ailleurs, l’appui de cette Oumma n’a jamais manqué à mon pays qui voudrait voir cet appui se renforcer et s’étendre à divers domaines pour le bonheur de la jeunesse et le rayonnement des sports. Cette solidarité doit s’élargir et se consolider à travers la jeunesse et le sport. La jeunesse et le sport doivent être considérés comme des instruments clés au service des objectifs de développement durable. A ce titre, il me semble important de formuler quelques propositions d’actions qui me semblent donner sens à la solidarité dans notre espace commune pour renforcer et féconder les réflexions.

L’engagement de volontaires dans un contexte international, en soutien à des projets de solidarité produit des effets chez les personnes elles-mêmes mais également au sein des communautés. De ce fait, la mise en relation entre les solidarités internationales et les solidarités territoriales semble évidentes. Du local au global et vice-versa, les volontaires peuvent être des contributeurs de la transformation sociale. Pour autant, ils doivent être préparés à l’action, conscients de leur rôle et en lien permanent avec leurs interlocuteurs ici et ailleurs. Ils doivent aussi se considérer et être considérés comme des chevilles ouvrières de la construction de cette solidarité globale.

La tenue de vacances citoyennes pour mobiliser les solidarités de la jeuneuse en faveur des communautés à la base est un atout important pour magnifier la chaine de solidarité intergénérationnelle et contribuer à soulager des souffrances et à mettre des sourires sur les visages et des espoirs dans la vie de nombre de nos concitoyens.

L’organisation de compétitions sportives pendant la semaine de la réconciliation nationale concourt à renforcer les liens de brassage intercommunautaire, à raffermir l’esprit pacifiste de la vie en société et à consolider l’appartenance à un même ensemble communautaire La nouvelle vision de relance du sport scolaire et universitaire au plan national et international est un facteur important de brassage et de développement de l’esprit de fraternité dans notre espace. Les activés physiques ont largement démontré leur potentiel d’abaissement des barrières entre les générations, les genres, les religions, les castes, les origines et les nationalités. Elles sont, par leur portée universelle, des outils utiles à la réalisation de nombreux objectifs de développement durable. Aussi, le sport peut mobiliser tous les âges pour avoir une influence durable, il doit être promu comme une activité accompagnant les individus tout au long de leur vie. L’éducation physique doit, à ce titre, être popularisée chez les jeunes, le meilleur moyen étant de l’inclure à l’enseignement primaire et secondaire, ce qui correspond bien au principe d’une éducation de qualité préconisé dans les objectifs de développement durable. Cette idée – intégrer l’éducation physique comme une part importante du cursus scolaire – a été souligné dans la Charte internationale de l’Unesco sur le sport et l’activité physique.

Sur ces propos, je voudrais adresser mes sincères remerciements aux Autorités et au Peuple saoudiens pour l’accueil chaleureux et fraternel qui m’a été réservé ainsi qu’à ma délégation et l’atmosphère cordiale dans laquelle se sont déroulés les travaux. Je voudrais particulièrement remercier Son Altesse Royale le Prince Abdulaziz bin Turki Al-Faisal, Ministre des Sports du Royaume d’Arabie saoudite pour les excellentes dispositions prises pour garantir le succès de la conférence.

Ces remerciements s’adressent aussi au secrétariat général de l’Organisation de la coopération islamique pour la qualité des conclusions et recommandations auxquelles nous sommes parvenus.Pour notre part, le Mali, membre fondateur de l’Organisation de la conférence islamique, œuvrera au rayonnement international des idéaux qui ont soutenu la création de notre organisation commune pour le bonheur et l’honneur des membres.

Vive la Coopération Islamique ;

Vive la promotion de la jeunesse et les sports dans la Oumma islamique

Source: Aujourd’hui-Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.