MALICK DIAW: LA LOI ÉLECTORALE ‘‘ N’EST NI L’APANAGE EXCLUSIF DU SEUL CNT ‘‘

La session d’avril du Conseil national de Transition (CNT) s’est clôturée le vendredi dernier et a permis d’adopter plus de 30 projets de lois dont la loi électorale. Si l’adoption de ce texte avait suscité de fortes divergences, pour le président du CNT, Malick DIAW, ce texte qui constitue un pilier important du renouveau démocratique « n’est ni l’apanage exclusif du seul CNT ».

Lors de cette cérémonie, le président Malick DIAW, en plus du communiqué du CNT condamnant la tentative de coup avortée du 11 au 12 mai, a réaffirmé son soutien au président Assimi GOITA alors que certains l’impliquaient dans cette affaire dont des auteurs ont été arrêtés.   

« C’est l’occasion pour nous de réitérer notre soutien constant à Son Excellence Le Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition,

Chef de l’Etat, à toutes les Institutions de la République ainsi qu’aux Forces de Défense et de Sécurité maliennes dans leur quête quotidienne de sécurisation du pays et de rétablissement de l’ordre constitutionnel », a déclaré le président du CNT.

Toujours pour montrer qu’il est en phase avec le chef de la Transition, Malick DIAW a également salué la décision de fixer la durée de la Transition à 24 mois.

« Aujourd’hui, nous sommes largement réconfortés suite au décret n°0335/PT-RM du 6 juin 2022 qui a fixé la durée de la transition à 24 mois pour compter du 26 mars 2022. Ceci constitue une expression très forte de la volonté des plus hautes autorités du pays de disposer d’une boussole bien réglée pour la suite de la transition, à travers l’élaboration subséquente d’un chronogramme réaliste devant nous conduire à des élections générales crédibles », a-t-il soutenu.

Pour relever le défi de tenir des processus électoraux transparents, il a rappelé l’adoption de la loi électorale qui, selon lui, constitue à cet effet le déclic d’une échéance que le pays souhaite atteindre en toute quiétude et en toute responsabilité.

« C’est le lieu de rappeler que cette loi électorale qui constitue l’un des piliers du renouveau démocratique de notre Etat n’est ni l’apanage exclusif du seul CNT encore moins celui de Malick DIAW », a déclaré a-t-il déclaré au perchoir.

Parce que, a-t-il rappelé, l’adoption de ce texte a créé la méfiance et la divergence entre le CNT et le gouvernement qui dit ne pas se reconnaître dans le texte après qu’il soit très largement amendé.   

Pour DIAW, l’adoption du texte était le fruit d’un long processus de concertation avec l’ensemble des acteurs sociopolitiques du pays et est donc par conséquent la loi du Mali. Raison pour laquelle, a-t-il commenté, le Président de la Transition n’a pas hésité une seule seconde pour la promulguer.

« Merci au Colonel Assimi GOITA pour sa clairvoyance et sa sagacité dans la gestion de ce dossier », a remercié le Président du CNT.

Ce texte au cœur des débats politiques sera davantage expliqué aux Maliens, selon Malick DIAW qui annonce que des équipes de restitution du CNT vont très bientôt sillonner toutes les capitales régionales pour procéder à une large vulgarisation du texte auprès des populations maliennes.

« Le CNT continuera plus que jamais à jouer le rôle régalien qui est le sien dans l’architecture institutionnelle et dans l’agenda de travail prévu jusqu’à la fin du processus de transition », a affirmé le président de l’organe législatif de la Transition.

En plus de la loi électorale, il a rappelé que son institution, au cours de cette session, a adopté 35 projets de loi, fait des questions orales et interpellé le gouvernement sur l’évaluation de son Plan d’action gouvernemental (PAG).

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.