Mali : une tentative de coup d’Etat déjouée dans la nuit du 11 au 12 mai

Une tentative de coup d’Etat a été déjouée au Mali dans la nuit du 11 au 12 mai, a annoncé lundi soir le porte-parole du gouvernement et ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Abdoulaye Maïga, dans un communiqué.

‘’Dans le dessein de briser la dynamique de la refondation du Mali, un groupuscule d’officiers et de sous-officiers anti-progressistes maliens a tenté un coup d’Etat dans la nuit du 11 au 12 mai 2022. Ces militaires étaient soutenus par un Etat occidental », indique le communiqué.

‘’La tentative a été déjouée grâce à la vigilance et au professionnalisme des Forces de défense et de sécurité (FDS) du Mali », affirme le communiqué, ajoutant que le gouvernement malien condamne avec ‘’la dernière rigueur cette indigne atteinte à la sûreté de l’Etat », dont l’objectif est ‘’d’entraver voire annihiler les efforts substantiels de sécurisation de notre pays et le retour à un ordre constitutionnel, gage de paix et de stabilité ».

Dans le cadre de l’enquête et de la recherche des complices impliqués dans ce putsch manqué, le gouvernement malien, note le communiqué, assure à ‘’l’opinion nationale que tous les moyens ainsi que toutes les mesures appropriées sont déployés ».

‘’Les personnes interpellées seront mises à la disposition de la justice », indique le communiqué qui ne dit pas s’il y a eu déjà des arrestations et ne mentionne pas l’identité du ‘’groupuscule d’officiers et de sous-officiers » cités dans cette tentative de coup d’Etat.

Après le coup d’Etat du 18 août 2020, une transition politique était en cours au Mali depuis le 15 septembre 2020 pour 18 mois, un délai épuisé depuis le 27 février dernier.

Cependant, les autorités de la transition négocient toujours une prolongation de ce délai avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), soutenue par la communauté internationale.

Pour le retour à l’ordre constitutionnel, la CEDEAO a proposé un délai de 16 mois contre 24 mois avancés par les autorités de la transition. Devant cette impasse, la CEDEAO et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont imposé des sanctions économiques et financières au Mali depuis le 9 janvier 2021.

Le 21 avril, les autorités de la transition maliennes ont « acté » un calendrier de transition de 24 mois pour préparer le pays à l’organisation d’élections « libres et transparentes ».

Source: Agence de presse Xinhua

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.