MALI: POUR LA RUSSIE, L’OCCIDENT CHERCHE À GARDER SON INFLUENCE

Les pays occidentaux aspirent à garder en Afrique leurs zones d’influence plutôt qu’à résoudre les problèmes de la région, a déclaré lundi l’adjointe du représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU Anna Evstigneeva lors de son intervention à la réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Mali. « Certains se battent contre le terrorisme “correctement”, à l’aide de prétendus partenaires démocratiques alors que d’autres le font “de façon trop cruelle” en coopérant avec la Russie, a indiqué la diplomate citée par Tass.

L’Occident tient davantage à garder ses zones d’influence plutôt qu’à aider les Africains à résoudre leurs problèmes. Nous regrettons que les acteurs extérieurs utilisent leurs canaux d’influence dans des structures multilatérales, et notamment dans le cadre du G5 Sahel, afin d’exercer leur pression sur le Mali”, a-t-elle déclaré.

Selon Mme Evstigneeva, la réaction négative de l’Occident au renforcement de la coopération russo-malienne est une nouvelle manifestation de ses approches néocoloniales et de la politique de deux poids deux mesures pratiquée par les anciennes métropoles. “Nous assistons aux allégations malhonnêtes sur de prétendues représailles des forces maliennes avec la participation d’instructeurs russes menées sur les civils du village de Mourrah. Nous assistons également à une campagne de désinformation sur la découverte de fosses communes près de Gossi”, a annoncé Mme Evstigneeva.

Ce n’est pas la première fois que la Russie critique les occidentaux pour leur comportement en Afrique. « Le mécontentement [de la France] face à l’attitude des dirigeants maliens de solliciter l’aide de structures extérieures de protection et de sécurité n’est rien d’autre qu’un retour à la pensée coloniale dont les Européens auraient dû se débarrasser depuis longtemps », a lancé le ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov à l’occasion de cette visite effectuée par son homologue malien Abdoulaye Diop/

 

Source: lanouvelletribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.