Le Sahel central exposé à une crise alimentaire aiguë (ONG)

– Une crise alimentaire majeure et imminente s’annonce au Burkina Faso, au Mali et au Niger, selon l’ONG Plan International

Le Mali, le Niger et le Burkina Faso (Sahel central) sont exposés à une crise humanitaire et alimentaire sans précédent, a alerté, mardi, Plan International, un réseau d’Organisations Non Gouvernementales (ONG) présent dans 78 pays.

Le Mali est confronté à la pire crise humanitaire depuis plus d’une décennie avec plus d’un tiers de sa population dans une situation d’extrême vulnérabilité, a déclaré Plan International dans un communiqué, tandis que 12% de la population totale du Burkina Faso, aura besoin d’une assistance immédiate pendant la période de soudure, à venir, dans les régions les plus touchées par l’insécurité et les déplacements.

« Le Mali est confronté à la pire crise humanitaire depuis plus d’une décennie avec plus d’un tiers de sa population dans une situation d’extrême vulnérabilité. Au Burkina Faso, 12% de la population totale aura besoin d’une assistance immédiate pendant la période de soudure à venir dans les régions les plus touchées par l’insécurité et les déplacements », a indiqué la même source.

Plan international explique qu’« au Niger, plus de 4,4 millions de personnes seront en insécurité alimentaire lors de la prochaine période de soudure ».

Et d’ajouter que « tous ces facteurs combinés nous poussent vers une crise alimentaire majeure et imminente au Burkina Faso, au Mali et au Niger », affirmant que « selon le PAM [Programme alimentaire mondial] et la FAO [l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture], les trois pays du Sahel central font partie des 20 points chauds de l’insécurité alimentaire, avec 9,7 millions de personnes qui devraient être en situation d’insécurité pendant la période de soudure à venir et une situation qui s’aggrave rapidement. Les enfants, et en particulier les filles, en paient déjà le plus lourd tribut ».

« Au Sahel Central, 2,3 millions de personnes étaient déplacées internes en avril 2022, selon OCHA [Bureau de la coordination des affaires humanitaires], et la nourriture est l’un de leurs principaux besoins », indique la même source.

Au Mali, le Système d’Alerte Précoce explique qu’« avec les résultats de l’enquête nationale de sécurité alimentaire, les résultats du Système expert combiné aux résultats des différents services techniques évoluant dans le cadre de la sécurité alimentaire au Mali. Il y a eu un exercice qu’on appelle le cadre harmonisé qui a eu lieu au mois de novembre 2021. Cet exercice nous prouve qu’au mois de novembre, le Mali était à 1,875 million de personnes en insécurité alimentaire ».

Ces informations ont été communiquées à l’Agence Anadolu par Moussa Goïta, coordinateur national du Système d’alerte précoce.

Goïta annonce qu’ « un deuxième exercice devrait avoir lieu au mois de mars 2022, mais compte tenu du contexte actuel et de la situation qui prévaut au Mali, les moyens ne nous ont pas permis d’aller vers cet exercice», déclarant que « si cet exercice avait eu lieu, on se trouvait aujourd’hui à peu près à 2 millions de personnes en insécurité alimentaire. C’est des personnes qui sont en phase crise qui méritent d’être assistées par l’Etat en terme de vivres ».

Moussa Goïta affirme qu’« un plan national de réponse a été élaboré par le commissariat alimentaire conjointement avec les partenaires techniques et financiers au Mali qui évoluent dans le cadre de la lutte contre l’insécurité alimentaire ».

Selon lui, « ce plan national va permettre d’apporter les réponses adéquates dans le pays pour atténuer la souffrance de la population en insécurité alimentaire ».

Mali

AA / Bamako / Amarana Maiga

Source : Agence Anadolu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.