LE CERVEAU À PROPOS DU CHOIX DU CADRE D’ÉCHANGE DES PARTIS POLITIQUES DE NE PLUS RECONNAITRE LA TRANSITION À PARTIR DU 25 MARS

«  C’EST POUR APPELER À UN   BAIN DE SANG, UNE GUERRE CIVILE, MAIS NOUS AVONS   TOUS LES RENSEIGNEMENTS ET ON ATTEND  SEULEMENT  QU’ILS  TENTENT DE PASSER À L’ACTE »

Membre du mouvement Yerewolo debout sur les remparts et  du Conseil National de la  Transition (CNT) , M. Adama Ben DIARRA  a  assimilé la décision du Cadre des Partis Politiques pour une Transition Réussie à une tentative de  récidive des tueries de   Mars 1991. Selon lui, le choix du 25  Mars prochain par le cadre de ne  plus reconnaître les autorités de  la transition  ne serait donc pas pris au hasard  . « Ils ont choisi  le 25 Mars parce  qu’il y a des actions qui sont en train d’être faites à l’intérieur et à l’extérieur.  Tout le monde sait   dans l’histoire du Mali que le 26 Mars est la journée des martyrs. Le jour où, il a été décidé de mettre fin au pouvoir des militaires ».  C’est au cours d’un rassemblement de soutien à la place du souvenir  le weekend dernier que   Ben le  cerveau   s’est exprimé sur    la  déclaration du cadre des partis politiques. À Titre de rappel, le dit cadre  a  annoncé  le 10 février dernier et conformément à l’esprit de la charte de la transition   fixant le mandat des autorités à 18 mois  qu’il ne  se reconnaîtrait   plus dans la transition  à partir  du 25 Mars prochain.  Selon Adama Ben DIARRA,  cette décision  n’est pas anodine. De son entendement, le cadre  a choisi cette date  en rappel aux actions de Mars 1991. Selon lui,  comme en Mars 1991, ce sont les militaires  qui sont au pouvoir   à l’image du Colonel Assimi GOITA  et du  Premier ministre Dr Choguel Kokalla MAIGA  qualifié « d’héritier  »du Général Moussa TRAORÉ. «  IBK  a chuté sans effusion de sang, Bah N’ DAW a chuté sans  effusion  de sang, se coller à la date du 25 Mars, c’est pour appeler à un bain de sang. C’est  ça  qu’ils veulent,  qu’il  y ait  du sang    pour qu’on accuse les autorités de la transition »  ,  a déclaré Ben le Cerveau. Il ajoutera que les informations concernant cette présumée tentative de récidive de mars 1991 sont connues. « Ils ne sont pas seuls dans cette entreprise. Je jure que nous avons tous les renseignements au niveau civil et militaire.  À l’extérieur aussi, nous avons les renseignements sur l’implication de la France. Au niveau du Niger, au niveau des leaders religieux en passant  par la côte d’ivoire, le Sénégal. Tous les renseignements sont au rendez-vous et on attend seulement qu’ils  tentent de passer à l’acte. Je vous jure qu’ils sont attendus pour qu’ils (…)

MAHAMANE TOURE 

Source: NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.