IBK : « je demande pardon à tous ceux que j’ai offensé dans l’exercice de mes fonctions »

élections présidentielles au Mali

Dans cette interview qu’il nous a accordée, samedi dernier, vers 9h30, juste après la prière de l’Aïd El Fitr, au Palais de Koulouba, le président de la République revient, entre autres, sur le remaniement ministériel prévu fin mai début juin, la libération de Soumaïla Cissé…Entretien.

Où en est-on, Mr le président, avec le remaniement ministériel annoncé ?

Avant de répondre à votre question, permettez-moi de souhaiter une bonne fête de l’Aïd El Fitr à tous nos concitoyens, prompt rétablissement aux malades et aux blessés. Aussi, je demande pardon à tous  ceux  que j’ai offensés dans l’exercice de mes fonctions.
Certes, j’ai commis des erreurs et, d’ailleurs, qui n’en commet pas ? Mais je m’efforcerai d’être à la hauteur de la confiance qu’ils ont placée en moi pour conduire les destinées de notre pays, de notre grand pays.

Quand aura lieu le remaniement ministériel ?

Dans les heures ou les jours qui suivent. Tout est fin prêt pour ce faire. La liste est, déjà, bouclée. Elle sera rendue publique d’un moment à l’autre.

Il y’aura combien de femmes et de jeunes dans le nouveau gouvernement ?

Rappelez-vous que j’ai placé mon second mandat sous le signe de la promotion des jeunes et des femmes. C’est ce qui explique l’élection du « Petit Dogon » au perchoir.
S’agissant du prochain gouvernement, je n’ai pas dérogé à cette règle. Il comprendra autant de jeunes que de femmes aux postes clés.

C’est un gouvernement de combien de membres ?

C’est un gouvernement resserré autour de 25-28 membres. Histoire de bien gérer les ressources financières, comme nous l’ont conseillé nos partenaires techniques et financiers.

 

Y’aurait-il plus de sortants que d’entrants dans ce gouvernement ?

Vous connaissez l’adage bien de chez nous, qui dit qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Tous les ministres, qui se sont montrés à la hauteur de la tâche qui leur a été confiée, resteront à leur poste pour consolider les acquis. Même si, un jeu de chaise musicale n’est pas à exclure entre certains.

Entre qui et qui par exemple ?

Si c’est le cas, vous le saurez à la publication de la liste définitive des membres du gouvernement.

Ce sera un gouvernement de combat ou un gouvernement de mission ?

Quelle différence ? Un gouvernement de combat n’est-il pas aussi un gouvernement de mission ? Vous croyez qu’ils seront appelés au gouvernement pour faire des barbecues dans la cour de leur ministère ? Que non ! Ils sont au gouvernement pour répondre aux attentes de notre peuple, qui souffre tant dans sa chair et dans sa peau.

Mr le président, que répondez-vous à ceux qui disent que « vous avez une dent contre les journalistes et les médias maliens » ?

Savez-vous comment le général De Gaulle appelle les journalistes ?

Non !

Pour De Gaulle, les journalistes, c’est « tous ceux qui grouillent, grenouillent et scribouillent ». J’adore les médias et les journalistes ; mais pas ceux qui grenouillent et qui scribouillent.

C’est à dire ?

Les journaleux ?

En français facile, c’est quoi un journaleux.

Un gratte-papier, qui court toute la journée derrière le « communiqué final », ou si vous voulez « le prix de transport ».
Mais je dois reconnaître que notre pays regorge de bons journalistes, qui travaillent, pourtant, dans des conditions difficiles.

Tous les Maliens, ou presque, espéraient voir l’honorable Soumaïla Cissé passer la fête de l’Aïd El Fitr parmi les siens. Qu’est-ce qui s’est passé ?

Je l’espérais, aussi. Mais aux dernières nouvelles, les choses se sont compliquées. Ce qui a retardé sa libération.

Qui détient l’honorable Soumaïla Cissé en otage ? La Katiba-Macina ? Ou d’autres personnes agissant au nom de commanditaires vivant à Bamako ?

Je ne peux vous en dire plus, malheureusement. Au risque de compliquer davantage la situation.

Que répondez-vous à ceux qui disent que l’enlèvement de l’honorable Soumaïla Cissé a été orchestré par des personnes qui se la coulent à Bamako, pendant que sa famille vit dans l’angoisse de le retrouver sain et sauf ?
N’importe quoi !

Dans une interview accordée, récemment, au quotidien « Nouvel Horizon », Pr Aliou Nouhoun Diallo disait que l’objectif des ravisseurs de l’honorable Soumaïla Cissé « était qu’il ne revienne plus à l’Assemblée nationale ». Qu’en pensez-vous ?

Je préfère ne pas répondre à cette question.

Alors, à quand la libération de l’honorable Soumaïla Cissé ?

Bientôt, inchallah !
Propos recueillis par Le Mollah Omar 

Source : Canard Déchainé

Laisser un commentaire