‘’EMISSION MALI KURA TAASIRA’’ DE L’ORTM : LA MINISTRE FOUNÈ COULIBALY DÉVOILE LES PROJETS EN COURS EN FAVEUR DES FEMMES ET DES ENFANTS MALIENS

Invitée sur le plateau de l’ORTM pour l’émission ‘’Mali kura taasira’’, Mme Wadidié Founè Coulibaly, ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a dévoilé les projets en cours en faveur des femmes et des enfants maliens. Par la même occasion, la responsable a également évoqué les difficultés auxquelles le département demeure confronté en matière de pouponnière.

La ministre a d’abord expliqué, en tant que première responsable, la question relative au fameux fonds d’appui à l’autonomisation des femmes (FAAF).Ce fonds a trois(3) volets. Le premier consiste à accompagner les femmes pour leur épanouissement, voire les aider dans leurs tâches quotidiennes. Le 2ème volet consiste à accompagner les femmes dans leur vie politique. C’est-à-dire, ajoute la ministre, pour qu’elles puissent émerger dans la vie politique. Le troisième volet du FAAF vise à accompagner les enfants dans leur réinsertion économique au sein de la société. Le FAAF est la réponse d’une recommandation de l’Union africaine(UA). Cette recommandation a été mise en place pour accompagner les femmes et les enfants en vue de leur épanouissement et réinsertion économique dans la société. Dans son intervention, Mme Wadidié Founè Coulibaly a rappelé que pour avoir accès au fonds d’appui à l’autonomisation des femmes, des critères sont établis en fonction de l’enveloppe disponible. L’invitée de l’ORTM ajoute que les projets montés au niveau du département sont présentés, étudiés et validés par une commission. Après la validation, le fonds sera alors disponible. A côté de ce fonds, « nous avons aussi des partenaires qui nous soutiennent toujours dans le cadre de l’autonomisation des femmes et la réinsertion des enfants en difficulté », a-t-elle dit. D’ailleurs, il y a deux semaines, une signature de mémorandum s’est passée entre Qatar Chariti (un partenaire) et le ministère. Le montant s’élève à une somme de 500.000.000 FCFA qui sera bientôt disponible dans le cadre du projet FAAF. L’impact de ce mémorandum sera très énorme. Ça changera le quotidien de beaucoup de femmes. « Je suis sûre et certaine que beaucoup d’enfants bénéficieront de cet appui pour qu’on puisse un peu libérer les rues de Bamako et réinsérer ces enfants qui trainent tous les jours, les former, accompagner et les assister », a-t-elle confié. D’après elle, un autre projet phare du département est en cours pour récupérer les enfants qui sont dans les rues de Bamako, pour les envoyer dans les centres de formation, les assister et après les réinsérer dans la société en toute dignité. « Nous cherchons un financement pour ce projet en cours et demandons la bénédiction des Maliens », dit-elle.

S’agissant de la pouponnière, il y en a plusieurs à Bamako, capitale malienne. Les privées sont un peu partout dans la ville des trois caïmans, ainsi que dans quelques régions. La pouponnière de la cité UNICEF était prise en charge par les Français, mais elle a été, selon la ministre, abandonnée après le départ de l’ambassadeur de la France au Mali. Ce qui fait que le département a été contraint de transférer les enfants à la pouponnière de Niamana. En clair, le ministre Founè soutient être en difficulté dans la gestion de la pouponnière. « Nous traversons beaucoup de difficultés dans cette pouponnière. Il y a près de 60 enfants qui sont handicapés. L’un de nos plus gros problèmes aujourd’hui, c’est d’équiper la pouponnière en mettant des infrastructures capables d’adoucir le quotidien de ces enfants handicapés », indique-t-elle. Pour accompagner les femmes déplacées, a-t-elle poursuivi, « mon département n’est pas le seul dans cette mission. Nous avons le ministère de la Santé et du Développement social et le ministère de la Sécurité aussi. Le projet du FAAF a joué un grand rôle dans ce sens ». Aussi, trouve-t-elle, beaucoup de femmes ont pu bénéficier de formations grâce au département. Et de souligner : « Mais il faut penser à leur retour. C’est le plus gros défi à relever pour mon équipe et moi. Notre tâche est dès fois minimisée. Le Mali compte plus de 20.000.000 habitants. La moitié de cette population est jeune. Les femmes dépassent déjà 50% . Les enfants majoritairement, si nous les prenons de 0 à 17 ou 18 ans, dépassent aussi la moitié ». C’est pour dire que « j’ai comme mission de prendre soin de tout le monde et très souvent j’ai comme l’impression que nous sommes oubliés. Parce qu’avec 0.24% dans le budget national, c’est très peu pour que ces défis soient relevés ».

Aida B. Koumaré

Source: Le Pays- Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.