Edito : Qu’attendent les gouvernements des 14 pays utilisateurs du CFA ?

Après l’activiste franco-béninois Kémi Séba, c’est au tour du député italien Alessandro Di Batista de déchirer un  billet de franc CFA pour dénoncer « le pillage de l’Afrique par la mafia maçonnique » incarnée par la France. Il n’y a plus l’ombre d’aucun doute, le franc CFA est une nouvelle forme de colonisation des 14 pays africains par la France. Par leurs gestes hautement symboliques, Kémi Séba et Alessandro Di Batista ont désormais ouvert la voie aux gouvernements des quatorze  pays utilisateurs du franc CFA, pour réclamer à l’ancienne puissance coloniale plus de justice, d’équité et de profit.

Ils doivent prendre leur courage pour dénoncer la nouvelle forme de colonisation imposée par la France à travers la monnaie.  Les dirigeants des 14 pays membres de la zone Franc ont le devoir  vis-à-vis  de l’histoire et de leurs peuples, pour préserver le flambeau patriotique allumé par leurs devanciers et certains  pères des indépendances, de dire NON à la France. Ils doivent dire maintenant Non à l’exploitation tous azimuts de nos ressources, à la FrançAfrique prédatrice et affamante. Les dirigeants des quatorze pays africains seraient coupables de trahison s’ils ne réagissent pas face au pillage systématique de nos ressources par la France.

A observer de près, les leaders politiques des pays consommateurs du F CFA, toutes tendances confondues, semblent faire de la question monétaire un tabou. Ni Opposition, encore moins la Majorité ne font de la souveraineté monétaire un slogan de campagne, à fortiori, une question clé de leurs programmes,  au risque de toucher à la plaie de la France et ne jamais accéder à la magistrature suprême.

Donc, il reviendrait aujourd’hui à la Société Civile et aux Peuples souverains de ces Etats, de se saisir de la question pour imposer à leurs gouvernants la marche à suivre.

Les Sociétés Civiles des 14 pays concernés, celles qui ne sont pas inféodés aux gouvernements, sont fortement interpellées pour emboîter le pas à Kémi Séba et à Alessandro Di Batista, afin de sortir l’Afrique de la zone Franc, de cette misère noire, de ce sous-développement et de la colonisation par la monnaie.

Pour rappel, le franc CFA est la dénomination de la monnaie commune de 14 pays africains membres de la Zone franc. Il s’agit des Etats suivants : Le Bénin, le Burkina, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, qui constituent l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), dont l’Institut d’émission est la BCEAO ;

Le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad, qui constituent la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), dont l’Institut d’émission est la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC).

En somme, ces 14 pays font partie aujourd’hui, des pays les moins industrialisés, sous- développés et très pauvres. Et pourtant, leur pauvreté n’est ni une fatalité encore moins un manque des ressources, mais de  la mal gouvernance et de l’exploitation par la France de leurs ressources.

Youssouf Sissoko

SourceInf@sept

Laisser un commentaire