Edito : “le Poing” fait peur

Notre journal n’est pas une aumône faite ni moins un don gracieux de quelqu’un pour être voué uniquement aux “congratulations”. Chaque fois que besoin est, nous dirons les choses comme elles mériteront d’être révélées. Nous nous considérons plantureusement comme des modestes phares. Nous avons en nous la foi en ce pays.

C’est même par fol amour pour notre pays qu’on a opté irrémédiablement pour ce métier. Vous et nous savions les vrais ennemis jurés du pouvoir. Ce sont, nous le savons tous, les terroristes éparpillés partout dans le pays ainsi que leurs bandes de complices qui tuent les Maliens sans compter, renient et apostasient nos institutions, maudissent nos gouvernements. Oui c’est à eux qu’on doit proférer des menaces, et pas à nous, des humbles mais fermes mémorialistes soucieux strictement de distiller l’information limpide en bonne et due forme au pauvre peuple.
De grâce laissez les journalistes tranquilles et allez-y aux trousses des véritables ennemis qui continuent toujours impunément avec leur bain de sang dans le pays. C’en est ainsi un message adressé clairement à ceux qui veulent nous ôter l’envie d’écrire, on leur dira tout simplement que personne ne peut marchander contre la vigueur du destin.
Qu’aucun de nous n’ose croire qu’il constitue la science infuse, un quelconque Pic de la Mirandole ou savant comme lui seul ! Non, nous chancelons tous. Nous ne recherchons pas l’argent pour nous asservir à une chapelle et prêcher la parole de l’autre en nous oubliant nous-mêmes. Redevables que serons-nous, nous priorisons la transparence au détriment des miettes que viendront offrir ceux et celles qui pensent que nous sommes à vendre ou que nous échangerons nos points de vue pour une quelconque subvention. Nous ne cherchons pas pouce mouillé en l’air la direction du vent.

Ousmane Mohamed

Source : le Poing

Laisser un commentaire