DURÉE DE LA TRANSITION MALIENNE : BAMAKO NE TRANSIGE PLUS AVEC LA CEDEAO

C’est désormais officiel : la durée de la transition est de 24 mois, à compter du 26 mars dernier. Le Décret N°2022/ PT-RM du 06 juin 2022 est signé  du  Colonel Assimi Goïta.

L’article 1er de ce décret dispose que la durée de la Transition est fixée à 24 mois, à compter du 26 mars 2022, conformément à l’article 22 de la Loi n°2022-001 du 25 février 2022, portant révision de la Charte de la Transition. Coup de tonnerre, dans les rangs de la CEDEAO. L’annonce de la nouvelle est tombée comme un cheveu sur la soupe au siège de l’organisation intergouvernementale, comme la qualifie l’ex-président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Kouassi Brou, .

Dans un communiqué de presse, elle déclare avoir pris acte de la signature dudit décret. Toutefois, elle regrette que cette décision ait été prise à un moment où les négociations se poursuivent en vue de parvenir à un consensus. Elle ne désespère pas que le Médiateur de la CEDEAO conviendra avec les Autorités du Mali d’un chronogramme mutuellement acceptable de transition.

Un compromis possible sur les dates des élections au Mali selon Macky Sall, président en exercice de l’Union africaine, le 9 juin dernier. L’on se rappelle que les recommandations des Assises Nationales pour la Refondation de l’Etat  portent sur une fourchette de 6 mois à 5 ans. Soumise à la CEDEAO,     celle-ci furieuse n’a pas voulu faire le distinguo entre le délai plafond et le délai plancher de la durée de la transition.

Suivirent alors les décisions inédites contre le Mali le 9 janvier 2022 : embargo économique, gel des avoirs maliens à la BCEAO et dans les banques commerciales, rappel de ses ambassadeurs, fermeture de ses frontières terrestres et aériennes avec le Mali, pressions sur la Mauritanie et la Guinée pour refuser les services de transit de leur port au Mali et tutti quanti.

Manque de pot pour la CEDEAO. Les mesures injustes, illégales, illégitimes et inhumaines n’ont pas produit l’effet escompté qui était d’asphyxier les populations maliennes. Mais aussi elles ont fait souffrir des signataires de ces décisions comme la Côte d’Ivoire et surtout le Sénégal qui perd chaque jour 1 milliard 500 millions de FCFA, du fait de l’arrêt des 1000 camions faisant chaque  jour la navette entre les deux pays.

Avec ou sans compromis, le Mali poursuit la refondation de son Etat avec succès. Et quand le vin de la refondation est tiré, il faut le boire.

Mohamed Koné,

Correspondant à  Kadiolo

Source: Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.