Drame de migrants au Maroc: le Réseau-Afrique-Europe-interact indexe l’UE

« L’Union européenne est responsable de ces morts africains aux frontières du Maroc et de l’Espagne, à travers son régime Frontex ». C’est en substance, des propos tenus par les responsables du Réseau-Afrique-Europe- interact, à la faveur d’une conférence de presse, ce samedi 02 juillet 2022, au siège dudit Réseau, à Djélibougou pour dénoncer les massacres des africains, il y a quelques jours, aux frontières du Maroc et de l’Espagne.

Les principaux conférenciers étaient Mme Diory TRAORE et Pierre YOSSA, tous responsables du Réseau- Afrique-Europe- interact. On y notait également la présence des familles de victimes de la migration.

La rencontre visait, selon les organisateurs, à manifester leur mécontentement par voie de presse contre ces crimes odieux avant d’inviter les dirigeants africains à prendre des dispositions nécessaires contre cette pratique inhumaine vis-à-vis des Africains.

A l’entame de cette conférence, les organisateurs ont observé une minute de silence en la mémoire des morts migrants.

Dans son propos, les conférenciers ont regretté que les Africains migrants soient victimes des politiques de l’Europe depuis quelques années. Il s’est insurgé contre le fait que ses compatriotes africains aient été tirés à bout portant par la police marocaine et celle de l’Espagne.

Aussi, ils ont révélé que l’Europe se sentait impuissant face au problème migratoire.

Pour venir en appui, selon Pierre YOSSA, l’Union européenne a demandé l’aide à certains pays africains dont le Maroc pour faire le sale boulot contre leurs frères africains, à leur place.

Ainsi, il a dénoncé que le cas des frontières Maroc et Espagne était des morts de trop avant de condamner avec la dernière rigueur au nom du Réseau.

Parce que jusqu’à preuve de contraire, dit-il, les dirigeants africains ignorent le nombre exact des victimes.

D’où la sonnette d’alarme pour dire aux dirigeants africains que leurs ressortissants sont traités comme des animaux sauvages par l’occident, sans inquiétude aucune.

« Nous n’acceptons pas que les Africains migrants soient tirés à balle réelle par l’Union européenne », a-t-il martelé.

Cependant, les responsables du Réseau-Afrique-Europe-Interact ont saisi l’occasion pour inviter les dirigeants africains à prendre des dispositions nécessaires pour que la jeunesse africaine puisse éviter ces tueries au vu et au su de l’ONU ainsi que certains défenseurs des droits de l’Homme.

Par SABA BALLO

Source : Info-Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.