CONTRE LA PRÉSENCE DE MINUSMA AU MALI: YÈRÈWOLO LANCE UN ULTIMATUM POUR LE 22 SEPTEMBRE

Les membres de Yèlèwolo Débout sur les Remparts (YDR), un mouvement de la société civile qui soutient la transition, ont exigé ce vendredi 5 août 2022 le retrait de la mission de l’ONU de notre pays d’ici le 22 septembre.  C’était à la faveur d’un meeting populaire appelé ‘’Opération Bonnets bleus contre les Casques bleus’’ au Palais de la culture Amadou Hampathé BA. Pour se faire entendre, les membres du groupe anti-français YDR ont décidé de descendre dans la rue le 22 septembre afin de faire partir les troupes de la MINUSMA du pays.

C’est désormais un secret de polichinelle, le Mouvement nationaliste Yèrèwolo Débout sur les Remparts lance un ultimatum pour le départ des forces de la MINUSMA du Mali avant le 22 septembre prochain. Coiffés de bonnets bleus, en signe de «Bonnet bleu contre Casque bleu », les leaders du mouvement ne veulent plus des Casques bleus au Mali.

Dans la salle Bazoumana SISSOKO, les orateurs se sont tour à tour succédé au pupitre pour dénoncer ce qu’ils qualifient ‘’d’inefficacité’’ de la force de la MINUSMA face à la recrudescence des attaques djihadistes dans le pays.

«Le terroriste au Mali, c’est la France, et quand nous avons chassé la France, ce qui est resté, c’est la MINUSMA (mission de l’ONU au Mali)», a déclaré Cheikh Ballo, un partisan de Yèrèwolo Debout sur les remparts.

Ensuite, les deux principaux leaders du mouvement, à savoir Siriki KOUYATE et Adama Ben DIARRA, ont pris la parole à tour de rôle. D’abord, pour dénoncer la présence de la MINUSMA au Mali, une force inefficace, selon eux.

Puis, chacun à sa façon, a galvanisé la foule en évoquant les besoins persistants de justice pendant cette transition, et surtout de la cherté qui frappe durement le panier de la ménagère.

« Les coupures de tête deviennent une institution à FANA », dénonce Siriki Kouyaté, porte-parole du mouvement Yèrèwolo.

À Diéma, poursuit-il, ce sont des dizaines de personnes qui sont empêchés de cultiver leur terre « acheter par un intouchable ».

« Comment est-ce possible dans notre pays ? Où sont les juges et les procureurs ? », s’interroge Siriki KOUYATE dans un tonnerre d’applaudissements.

Aussi, les causes de la vie chère sont identifiées, selon Siriki KOUYATE, le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour soulager les populations.

Le leader du mouvement, Adama Ben Diarra dit ‘’Ben le Cerveau’’ qui est également membre du Conseil national de transition, a déclaré qu’il avait, dans une correspondance, déjà demandé à l’ONU de se retirer du Mali d’ici septembre.

«Ce meeting est un avertissement pour la MINUSMA. Elle doit plier bagage avant le 22 septembre », lance Adama Ben Diarra, premier responsable du Mouvement Yèrèwolo.

« Il y a un temps pour parler et un temps pour agir. Aujourd’hui, c’est le temps de l’action », a indiqué le nationaliste Adama Diarra. Qui dit « répéter une dernière fois » : « la MINUSMA doit quitter le Mali avant le 22 septembre 2022 ».

«Nous devons nous rassembler et sortir massivement le 22 septembre 2022 pour libérer le pays. Cela s’appellera ‘’l’assaut final’’ », a déclaré Adama Ben Diarra à la foule.

Les tensions ont été fortes entre le Mali et l’ONU au cours des derniers mois. Tout d’abord, le gouvernement de transition malienne a affirmé qu’il n’autoriserait pas la mission de l’ONU à enquêter sur les violations présumées des droits de l’homme dans le pays, limitant ainsi les opérations de la force de maintien de la paix de l’ONU.

La crise s’est aggravée en juillet lorsqu’un groupe de 49 soldats ivoiriens, venus assurer la sécurité d’une entreprise sous contrat avec l’organisation mondiale, ont été arrêtés à leur arrivée à l’aéroport de Bamako, accusés par les autorités maliennes d’être des mercenaires et de ne pas avoir l’autorisation d’entrer dans le pays.

Le gouvernement a également expulsé le porte-parole de la MINUSMA à la suite de l’impasse notre pays et la Côte d’Ivoire concernant la détention des soldats.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info-Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.