Conséquences de la désobéissance civile: à la quête d’un bouc émissaire !

Comme le paradoxe de ‘’l’œuf et de la poule’’ : « Qu’est-ce qui est apparu en premier : l’œuf ou la poule ? », la responsabilité des morts et des dégâts causés suite aux manifestations du 10 juillet 2020 continue de diviser les Maliens. En attendant les résultats d’une éventuelle ‘’enquête indépendante’’ proposée par les responsables du M5-RFP, les internautes sont très divisés sur le sujet. Si pour les uns, c’est la désobéissance civile lancée par le M5 a tout engendré, les autres estiment que des armes mortelles ne doivent, en aucun cas, être utilisées contre des ‘’manifestants aux mains nues’’. Pour autant, ces manifestants ont-ils aussi le droit de bruler et de casser le pays ? Une troisième voie tranche, en soutenant que s’il est clair que le casseur doit payer, rien ne peut cependant remplacer une vie humaine perdue !

Voici donc votre facebookan du jour !

Me KONARE : «…La liberté de manifester est inscrite dans la Constitution. Mais personne n’a le droit, en profitant de cette liberté de manifester, de casser et de brûler des édifices publics.
Par ailleurs, le maintien d’ordre est assuré par des forces professionnelles de la gendarmerie et de la police. En aucun cas, des armes mortelles ne doivent être utilisées contre des manifestants aux mains nues…»

Lassana Coulibaly : Vous êtes très pertinent ds vos analyses et constant.

Seydou Oumar Traoré : L’un a engendré l’autre. Merci, Me Konaré pour cette analyse neutre que nous voyons rarement par ici.

Keita Yam’s : Seydou Oumar Traoré, il a été formel en affirmant qu’en aucun cas, des armes mortelles ne doivent être utilisées contre les manifestants aux mains nues. Donc, l’un ne devait, aucunement, engendrer l’autre.

Seydou Nour Magassa : Nonnn, svp, ce n’est pas le moment de nous dispenser vos cours de grâce. Je pense que vous ne vous rendez compte de rien sur ce qui se passe actuellement, c’est d’hommages.

Sambi Assa Touré : Comment les manifestants aux mains cassent et brulent les édifices publics et les bâtiments privés ???

Haïdara Chérif : Sambi Assa Touré, vous savez, certains se sont contentés à répéter que la terre ne tournait pas. Ça parait tout de même évident, M. Touré n’est-ce pas ? Notre maison ne bouge pas, le marché est toujours â la même place, nos rues restent exactement où elles ont toujours été donc….. Et d’autres vont au-delà de ce qu’ils voient et entendent, ils se posent des questions…. Des policiers ont été atteints par balles, d’autres hospitalisés certainement par des manifestants aux mains nues Mr Touré. Le commissaire de Niono lui aussi a été tué par des pacifistes avec des rameaux et des colombes à la main. Pourquoi des hommes en armes ne se laisseraient-ils pas massacrer par des innocents marcheurs ? Après tout, on n’est au Mali non ou l’absurdité est la norme.

Keita Yam’s : Sambi Assa Touré, certes, casser et brûler est condamnable avec la dernière rigueur, mais, très honnêtement, que vaut tout ça devant des morts ? Absolument rien ! Donc, en conclusion, à la suite de Me KONARE, en aucun cas, je dis bien, en aucun cas, des armes mortelles ne doivent être utilisées contre les manifestants quoiqu’ils fassent.

Sambi Assa Touré : Keita Yam’s, parfaitement d’accord avec toi : en aucun cas les armes mortelles ne devraient être utilisées contre les manifestants ! Mais ces manifestants aux mains nues auxquels on ne devrait toucher sous aucun prétexte sont permis par la loi de casser et de brûler ?

Keita Yam’s : Sambi Assa Touré, ils méritent des sanctions de la rigueur de la loi. Rien d’autre que ça. Cette peine peut-être tout sauf la mort. C’est ce qu’il faut comprendre définitivement.

Sambi Assa Touré : Keita Yam’s, en définitive, on se comprend : rien ne justifie des titres sur les manifestants et rien ne justifie les casses et incendies ! MANINKA !!! On ne marche pas pour se faire tuer et on ne marche pas pour casser et brûler.

Keita Yam’s : Sambi Assa Touré, s’ils cassent, la sanction existe. Vous n’allez pas me dire que la sanction existe pour le cas de tueries aussi ? Si oui, alors, l’auriez-vous (vous, majorité) fait exprès ?
Attention ! Parler des casses à côté des morts sonne comme si semblez justifier ces morts par ces casses.

Keita Yam’s : Sambi Assa Touré, votre pays de toutes les références n’a pas tué les gilets jaunes quand bien même qu’ils ont sauvagement manifesté parfois (incendies et casses).

Yampili Michael : Keita Yam’s, à mon avis, il faut remettre en cause le professionnalisme de la force de maintien d’ordre. Car en Afrique, l’armée est devenue comme un dépositoire de tonneaux vides. Tous ceux qui sont entrés avec le CEP considèrent ceux qui ont plus que le CEP comme leurs adversaires.

Lassana Coulibaly : Sambi Assa Touré, c’est de cette manière que le mouvement démocratique est venu au pouvoir.

Keita Yam’s : Yampili Michael, c’est ça également. Cette remise en cause se doit.

Bamba Keita : Rien ne vaut la vie humaine. « …manifestants aux mains nues», sans enquêtes sérieuses, cette affirmation est gratuite et partisane. Le feu, l’essence, autres combustibles, etc. … ne sont pas tombés du ciel. Arrêtez d’insulter l’intelligence des Maliens.

Keita Yam’s : Oncle Bamba Keita, le feu, l’essence, autres combustibles n’étaient destinés à brûler aucun humain, mais des objets et pneus ici et là. Cela est clairement punissable avec la dernière rigueur, mais il n’en demeure pas moins qu’aucun texte réglementaire ni législatif, au Mali, ne justifie l’usage de la force létale contre les manifestants. C’est de cela dont il est question.

Moussa Sylla : Avant l’intervention des forces, qui a incité les manifestants à l’insurrection ?

Mody Dit Diala Magassa : et les milliards détournés ne sont pas condamnables ?

Source : INFO-MATIN

Laisser un commentaire