CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU : LA PLAINTE DU MALI CONTRE LA FRANCE PREND UNE DIMENSION AFRICAINE

A quelques jours de la 77ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, les organisations des sociétés civiles et des diasporas des 15 pays africains d’expression française ont fait entendre leur voix par rapport à la plainte du Mali contre la France. Au nom du devoir de vérité et conformément aux buts de l’Organisation des Nations Unies définis à l’article premier de sa Charte, ces organisations de la société civile invite l’ONU à convoquer cette réunion d’urgence et d’inscrire la plainte faite contre la France à l’ordre du jour de la 77ème  session telle que sollicitée par le Mali.

Le bras de fer entre le Mali et la France prend désormais une dimension africaine.   Si les nations restent prudentes face à l’accusation faite par le Mali contre le France, la société civile n’a pas hésité à choisir son camp.

Dans une correspondance adressée  au Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres, le samedi 10 septembre 2022, les organisations des sociétés civiles et des diasporas des 15 pays africains d’expression française ont exhorté la tenue d’une réunion  d’urgence du Conseil de sécurité telle que sollicitée par le Mali, ainsi que l’inscription  de la plainte du Mali contre la France  à l’ordre du jour de la 77ème session de l’Assemblée générale de l’ONU qui débute  le mardi 13 septembre 2022. En effet, elles estiment que la question de terrorisme sur laquelle le Mali  accuse  la France est si grave qu’il est important que toute la lumière soit faite là-dessus.

« Excellence Monsieur le Secrétaire Général, considérant le coût humain, économique et politique des activités des groupes terroristes dans le Sahel, qui endeuillent et poussent chaque jour à l’exode des milliers de familles africaines, ce qui constitue un scandale inacceptable qui ne peut plus durer, nous vous invitons respectueusement mais instamment, au nom du devoir de vérité et conformément aux buts de l’Organisation des Nations Unies définis à l’article premier de sa Charte, à convoquer cette réunion d’urgence du Conseil sollicitée par le Mali, et à inscrire la question à l’ordre du jour de la 77ème session de l’Assemblée générale de l’ONU qui débutera le mardi 13 septembre 2022 », ont-t-elles indiqué dans cette correspondance avant de souligner que la tribune des Nations unies est un créneau propice pour faire éclater la vérité. « Nous sommes convaincus que l’examen, à la tribune de l’ONU, de la saisine du Mali permettra la manifestation de la vérité concernant les graves accusations portées contre l’État français et la clarification des nombreux points d’ombre de cette guerre au Sahel liée aux groupes terroristes. Nous sommes intimement persuadés qu’il y va de l’avenir de la paix et de la sécurité au Sahel, ainsi que dans le monde », précisent-elles.

Issa Djiguiba

Source: LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.