Communiqué de presse d’un collectif de cadres du parti Yelema : « Nous ne nous reconnaissons pas dans cette coalition des forces patriotiques

Une leçon pour Moussa Mara candidat à la présidentielle

Dans un communiqué déposé à notre rédaction, un collectif de cadres du parti Yelema Le Changement désavoue Moussa Mara et déclare ne pas se reconnaître dans la coalition des Forces Patriotiques (COFOP).

 

Nous, signataires du présent communiqué, portons à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que nous avons appris par voie de presse l’appartenance de notre formation politique « YELEMA – le changement » à la coalition des Forces Patriotiques (COFOP).

Par ailleurs, nous tenons par le présent communiqué, à rappeler que cette décision initiée par le Camarade Moussa MARA sans une implication des responsables a fait l’objet de débats lors de la réunion du Comité Exécutif Central du samedi 3 novembre 2018.

Interpelé sur sa démarche solitaire, le président ayant reconnu avoir pêché dans la démarche nous a rassurés que le seul et unique objectif de la coalition est le respect de la constitution en ce qui concerne la prorogation du mandat des députés. En dépit de cette assurance, nous avons été surpris de prendre connaissance d’une lettre cosignée du président rejetant le projet de découpage administratif et cela sans informer préalablement les instances du Parti notamment le comité exécutif central.

Par conséquent nous tenons à informer nos militantes et militants que nous ne nous reconnaissons pas dans cette coalition des forces patriotiques.

Ont signé entre autre :

Abdoulaye DIARRA, 1er vice-président

Adama DIAKITE, 5ème vice-président

Amadou AYA, secrétaire politique

Samba SIDIBE, 1er secrétaire général Adjoint

Abou SANOGO, secrétaire administratif

Mamadou dit BABA KEITA, Secrétaire adjoint chargé des questions électorales et des élus

Aly ONGOIBA, Secrétaire à la structuration

Moulaye ONGOIBA, Secrétaire adjoint à la structuration

Boubacar Dicko, secrétaire chargé de l’éducation de Base

Ousmane Cissé, vice-président de la coordination de Yelema Tombouctou.

Bamako le 06 novembre 2018

SourceLe Challenger

Laisser un commentaire