ATTAQUES TERRORISTES : LES CIVILS, PRINCIPALE CIBLE

Au Sahel, particulièrement au Mali, l’expansion djihadiste inquiète de jour en jour les populations. En effet, elles deviennent depuis un certain temps les principales cibles des groupes armés terroristes (GAT). Le conflit qui oppose les armées nationales aux groupes terroristes dans la région a fait des milliers de morts, des millions de déplacés, ainsi que des prises d’otages au sein de la population civile.

Le Mali est l’un des principaux foyers des violences sahéliennes, notamment dans les parties nord et centre du pays. Les groupes djihadistes y attaquent les positions militaires isolées et les représentations de l’État et posent des mines artisanales en amont des convois de l’armée malienne ou de la Minusma, très souvent les populations civiles en sont victimes. Ils s’en prennent aux populations qu’ils soupçonnent de collaborer avec les militaires. Cherchant à imposant leur vision du monde, ils punissent ceux qui refusent d’adhérer, cite l’AFP.

En outre, le nord du pays continue aussi de subir les violences des groupes armés terroristes, notamment les populations qui y vivent. Par ailleurs, à Tombouctou et Gao généralement, les principales cibles des GAT sont les agents de l’État, les opérateurs économiques et les leaders des jeunes. En effet, ce samedi, en début de soirée, plus précisément à 19 heures 45 minutes, les hommes armés non identifiés ont ôté la vie du caissier principal de l’Agence régionale de la Banque malienne de solidarité (BMS-sa) de Tombouctou. En effet, selon le récit du confère Alhousseini Alhadji, Directeur de la Radio Jamana de Tombouctou, Mamoudou Sidibé (car c’est de lui qu’il), caissier principal de la BMS- Tombouctou, « est allé à la rencontre de l’inexorable destin ». « Destin tragique qu’il rencontre sur la dune Chirac, à la sortie de la ville, sur la route de Kabara », estime M. Alhadji. (…) Ne se doutant aucun instant que ce moment de détente sur la dune serait malheureusement le dernier, deux individus à moto le surprennent, puis ouvrent le feu sur lui ». Selon, le Directeur de la Radio Jamana de Tombouctou, la victime était accompagnée de son directeur d’agence qui a pu s’échapper pendant que les assaillants tiraient. « Selon un vigile qui était avec le défunt quelques minutes seulement avant le drame, Sidibé aurait reçu plusieurs coups à la tête », rapporte Alhousseini Alhadji. Il poursuit en ces termes : « Le même témoin a indiqué qu’il a même trouvé sur le lieu du drame la crosse de l’arme qui a servi à assassiner Sidibé ».

Un commerçant enlevé à Gao

Par ailleurs, à Gao, les violences terroristes se poursuivent sans arrêt. En fin de la semaine dernière, des hommes armés non identifiés ont violemment attaqué un marchand d’or en plein cœur de la ville de Gao. Selon nos informations, c’était en plein cœur du 5ème quartier de la ville. Les mêmes sources indiquent l’assassinat d’une personne et aussi un blessé, tous gardes du corps du marchand affiliés à un mouvement armé. Une quantité d’or importante aurait également été dérobée par les assaillants. Outre cela, un commerçant a été enlevé en face du Cscom d’Aljanabandia, pas loin de la place Ziguinchor “Sardjilla” par des individus armés non identifiés à bord d’un véhicule Toyota 4×4, rapporte GaoInfos.com.

Notons que depuis plus d’une décennie, le Mali fait face à une expansion terroriste dans le Nord et le Centre du pays. Ce phénomène qui s’étend au jour le jour sur l’ensemble du territoire malien fait régulièrement des victimes civiles et militaires et entraîne des déplacés internes.

Ibrahim Djitteye

Source: LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.