ASSISES NATIONALES DE LA REFONDATION : LE RAPPORT FINAL REMIS AU PRÉSIDENT DE LA TRANSITION

Le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta, a reçu des mains du président du panel des hautes personnalités Zéni Moulaye, ce vendredi 11 février 2022, le rapport final des Assises nationales de la refondation. L’occasion pour le chef d’État de revenir sur la nécessité de la tenue de ces assises.

Dans son discours introductif, M. Zéni Moulaye a rappelé qu’il existe un temps pour toute chose. Il a donc présenté le rapport final au Chef de l’État en faisant le bilan des activités avant de remercier les membres du Panel, de la Commission d’organisation ainsi que le Président de la Transition pour leur forte implication. Selon le Président du Panel des Hautes personnalités, après le bilan, les remerciements et les hommages, c’est le temps de l’action, c’est-à-dire de la mise en œuvre des recommandations issues de ce processus.

Pour sa part, le président de la transition a exprimé toute sa joie, après avoir reçu ce rapport et ses Annexes. Le Président GOÏTA a signalé que la réussite de ce processus des ANR est la preuve de la grande maturité du peuple malien qui a su transcender ses divergences pour l’intérêt supérieur du pays. Il a alors rappelé le contexte d’organisation de ces Assises. Selon ses précisions, elles sont parties de la nécessité pressante d’asseoir de logiciels de gouvernance plus performants et efficace.

Il a aussi rappelé les contextes de la tenue de ces assises. « Ce grand forum inclusif et participatif avait été voulu par notre peuple pour se donner une orientation claire en vue des réformes nécessaires à la refondation de notre État », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Il est important de rappeler que les Assises nationales de la refondation avaient été rendues indispensables en raison de la faillite de la gouvernance et notre pays s’est finalement trouvé dans une situation politique et sécuritaire extrêmement critique ».

A en croire le président de la transition, il était apparu clairement que c’est le logiciel même du système de gouvernance de l’État qu’il fallait changer. Et cela, à travers des réformes politiques et institutionnelles importantes. « Nous n’avons jamais cessé d’expliquer la complexité de la situation actuelle de notre pays plongé dans une crise profonde dont les causes de diverses natures s’entremêlent. Malheureusement, les prises de position de certains de nos partenaires et les sanctions imposées par la CEDEAO montrent que le peuple malien n’est pas compris dans sa volonté d’un ordre sociopolitique à même d’assurer sa sécurité et son développement », a laissé entendre le colonel Assimi Goïta qui a promis que les autorités de la transition sont engagées conformément à la volonté majoritairement exprimée par notre peuple à créer des conditions de réformes indispensables pour permettre la mise en place d’institutions légitimes et crédibles. « Pour la conduite de ce processus, un cadre institutionnel sera mis en place à travers un comité national de suivi évaluation pour la mise en œuvre des recommandations des Assises nationales de la refondation », a-t-il affirmé.

B. Guindo

Source: LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.