Amadou Konaté, Directeur général des douanes du Mali : «Sans la formation, toutes nos entreprises en matière de réformes sont vaines »

L’Hôtel de l’Amitié de Bamako a servi de cadre, le lundi 18 juillet 2022, à la tenue de la cérémonie d’ouverture de la session de formation de 40 douaniers sur les procédures contentieuses post-dédouanement. Ladite cérémonie était présidée par le Directeur général des douanes, l’inspecteur général Amadou Konaté, en présence du chef du centre de formation et de perfectionnement de la direction générale des douanes, Issa Traoré ; du formateur, Jemal Abde Nasser AHMED, expert international en administration douanière, directeur de la législation et de la coopération internationale, chef de bureau national de la valeur à la Direction générale des douanes de la Mauritanie, et d’autres personnalités. Au cours de la cérémonie d’ouverture, le Directeur général des douanes, l’inspecteur général Amadou Konaté, a fait savoir que sans la formation, toutes les entreprises en matière de réformes sont vaines.

Dans ses mots de bienvenue, le chef du centre de formation et de perfectionnement de la direction générale des douanes, Issa Traoré, a mis l’accent sur l’importance de la formation qui permettra d’avoir des ressources humaines de qualité au sein de l’administration des douanes.

A sa suite, le formateur, Jemal Abde Nasser AHMED, expert international en Administration Douanière, a fait savoir que le contrôle douanier est minutieux.

A cet effet, il est nécessaire d’outiller les acteurs pour la bonne exécution des tâches. Pour sa part, le Directeur général des douanes du Mali, l’inspecteur général Amadou Konaté dit ceci : « Nous sommes réunis à nouveau pour une activité d’une haute importance pour notre Administration : la formation. Sans elle, toutes nos entreprises en matière de réformes sont vaines. Il s’agit dès lors pour les cadres et agents des douanes de se remettre à niveau dans les domaines essentiels de notre cœur de métier.

Les procédures contentieuses post-dédouanement, puisqu’il s’agit d’elles, sont une matière dont la connaissance est nécessaire à la bonne conduite des reformes, notamment celles liées à la maîtrise de la valeur en Douane et l’internalisation du Centre d’Expertise Technique dont le but est l’amélioration et la sécurisation des recettes douanières ». Deux semaines durant, dit-il, 40 agents sont appelés à accroître leurs compétences professionnelles en matière de procédures contentieuses afin d’améliorer la qualité du contentieux lors du dédouanement ou en post-dédouanement qui va se multiplier avec la mise en place du Centre d’Expertise Technique. « A terme, en raison de notre engagement pour la facilitation des échanges, il s’agira de pouvoir traiter un volume important de dossiers contentieux qui découleront seulement des contrôles après dédouanement, pour sécuriser les recettes douanières. Il m’est revenu que vous avez toujours fait montre d’un grand intérêt pour les différentes formations. Je vous invite à poursuivre cet élan pour être à la hauteur des enjeux d’un monde en perpétuelle mutation, afin d’être au rendez-vous d’une douane moderne au service de l’Etat et des usagers. Vous êtes des vérificateurs chargés des procédures contentieuses, d’agents de la Direction du Contrôle Après Dédouanement et les futurs agents qui seront affectés au Centre d’Expertise Technique. Armez-vous donc de courage; soyez assidus et demeurez curieux afin de tirer le maximum de profits des modules qui vous seront dispensés pendant cette formation », a lancé le directeur général des douanes du Mali à l’endroit des participants.

Aguibou Sogodogo

Source; Le Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.