Affaire Norbert Zongo : Vers un établissement de la justice ?

Vingt ans après l’assassinat du journaliste d’investigation burkinabè Norbert Zongo, l’affaire vient de voir une issue favorable avec cette question de l’extradition par la France du principal suspect de l’assassinat, François Compaoré, frère du président déchu du Burkina Faso, Blaise Compaoré. La chambre d’instruction de la cour d’appel de paris a émis le 5 décembre dernier un ‘’avis favorable’’ pour son extradition.

Placé sous mandat d’arrêt international depuis 2017 par le Burkina Faso après le coup d’État  contre son frère Blaise Comparoré en 2014, François Compaoré avait été  interpelé le 29 octobre 2017  en France,  à sa descente d’Avion et placé sous contrôle judiciaire. Cette nouvelle d’extradition est accueillie comme une étape importante dans ce long combat contre  l’impunité des crimes  envers les journalistes, laissera entendre   Arnaud Froger, responsable du bureau  Afrique de reporter sans frontière (RSF) avant de signaler   que 20 ans après les faits, les obstacles restent encore  nombreuses  puisque certains de ces suspects sont déjà décédés. Il finira par exhorter  les autorités burkinabè et françaises à faire de la résolution de cette affaire une priorité afin que cette figure du journalisme d’investigation, qui a suscité tant de vocations ne demeure pas le symbole de l’impunité des crimes contre les journalistes. Cette nouvelle vient enlever le doute semé par les avocats de François Compaoré  en écrivant à l’issue de l’audience de 5 décembre, un communiqué annonçant la levée du contrôle judiciaire sur leur client  et que ce dernier  était libre de ses mouvements  et qu’il avait désormais la possibilité de quitter le territoire français.

   ISSA DJIGUIBA

Source: Le Pays

Laisser un commentaire