Affaire le Drian: de quoi a-t-il peur ?

’ancien ministre français Jean Ives Le Drian accusé d’atteinte aux biens publics et d’autres infractions au Mali est disposé à être auditionné par la justice malienne, dans une note attribuée à son avocate. Mais dans l’ambassade du Mali à Paris, précise-t-il, tout en invoquant des agendas médicaux. Le Drian a-t-il peur de la justice malienne. 

L’ancien chef de la diplomatie française, Jean Ives Le Drian, visé par une plainte de l’association Maliko décide finalement d’être auditionné par la justice malienne en juin prochain.

En effet, dans un courrier adressé aux autorités maliennes, l’avocate de Jean Yves Le Drian, Me Delphine Meillet, affirme que son client a accepté l’audition, mais elle ça doit se faire dans les locaux de l’ambassade du Mali à Paris et non à Bamako.

De quoi reproche-t-on à Le Drian ?

En 2015, le gouvernement sous régime du Président Ibrahim Boubacar KEITA a attribué le marché de la fabrication des passeports biométriques maliens à la société française Oberthur Technologies (devenue Idemia). Un marché accordé à cette société sous la pression du ministre Jean Ives Le Drian accusent plusieurs acteurs. C’est pourquoi à l’époque, le contrat a suscité de nombreuses polémiques.

Après le coup d’État contre IBK et l’instauration de la Transition, le mouvement Maliko a décidé de faire la lumière sur ce dossier en portant plainte contre Jean-Yves Le Drian et son fils, Thomas, auprès du pôle économique et financier de Bamako, le 22 février dernier.

Dans sa plainte, le mouvement Maliko accuse Jean-Yves Le Drian et son fils Thomas Le Drian de « complicité de prise illégale d’intérêt et favoritisme » et de « porter atteinte aux deniers publics du Mali ».

La justice saisie sur le dossier a convoqué l’ancien chef de la diplomatie française devant le juge d’instruction du deuxième cabinet au tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako (pôle économique et financier) le lundi 20 juin 2022 pour affaire le concernant.

Si à l’époque, Le Drian avait affirmé n’avoir pas reçu de notification, ce jour il veut se mettre à la disposition de la justice malienne à un mois de sa comparution devant le juge. Mais, il ne se rendra pas à Bamako comme l’exige la convocation du juge d’instruction, selon la note attribuée à son avocate. Alors a-t-il peur de se rendre au Mali et de quoi ?

Dans ce contexte très tendu entre le Mali et la France, en décidant de ne pas reconduire M. Le Drian, le président Macron Emmanuel ne le lâche-t-il pas ? Aussi, le signe que l’ancien chef de la diplomatie française n’est plus dans la bonne grâce des autorités françaises préoccupées à soigner son image avec Afrique. Dans de nombreux pays africains, la population appelle le pouvoir central à se tourner de sa coopération avec la France au profit de la Russie. C’est le cas au Mali, au Burkina Faso, au Tchad, etc.

En effet, pour beaucoup d’observateurs, le sentiment anti politique française s’est repenti en partie à cause des approches développées par Le Drian à l’encontre du continent africain.

PAR AMINA SISSOKO

Source : Info Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.