ADAPTATION DE LA COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE A L’EVOLUTION : Initierles chefs de parquet à l’usage des outils de la communication

Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Mamoudou Kassogué a présidé  lundi 16 mai 2022, à l’hôtel Salam de Bamako, l’ouverture d’une session de formation en communication institutionnelle à l’intention de certains chefs de parquet. Cette formation de deux jours a réuni plusieurs acteurs de la justice du pays.

Ce renforcement des capacités est organisé par la Cellule de Communication du Département de la Justice à l’intention de certains chefs de parquet de Bamako et de l’intérieur du pays. Financé par le Programme d’Appui à la Stabilisation du Mali à travers l’Etat de droit (PROSMED) et mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), cet atelier de formation vise à renforcer les capacités des acteurs de la justice, en particulier les parquetiers, afin de leur permettre de mieux maîtriser les outils de la communication dans un environnement en pleine évolution.

Dans son allocution marquant l’ouverture des travaux, le ministre Kassogué a d’abord rappelé que la communication est devenue un important levier de management et de gestion pour tout organisme et le secteur public n’échappe pas à cette réalité. Le droit à l’information pour les citoyens et la redevabilité liée aux responsabilités confiées aux agents publics imposent une maitrise des outils de communication pour répondre aux exigences de l’environnement fortement influencé non seulement par les médias, mais aussi par les réseaux sociaux et les plateformes offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.  Il dira que la gestion de tel flux médiatique et informationnel ne laisse guère le choix que de rompre le silence et de donner la bonne information et au bon moment.

Pour le ministre,  c’est le combat qui doit être mené, quotidiennement, contre la désinformation et l’intoxication auxquelles se livrent, malheureusement, certains des concitoyens dans le but de saper  des  efforts de tous les jours.

Il a signalé que notre pays s’est engagé dans un processus visant à restaurer la confiance entre les citoyens et les services de la justice. Cette initiative qui couvre tout à la fois les services judiciaires et pénitentiaires, ambitionne d’établir à terme, une interconnexion entre les services en vue d’assurer la gestion en temps réel du secteur de la justice. Aussi, la modernisation et le relèvement du niveau de performance des services judiciaires et pénitentiaires figurent, en effet parmi les axes prioritaires de la Loi d’Orientation et de Programmation du Secteur de la Justice 2020-2024 adoptée en 2019 dont la finalité est de bâtir, au terme des cinq prochaines années, un service public de la justice accessible, efficace et performant, de nature à restaurer la confiance des citoyens et des justiciables.  La mise en place d’un système de communication plus ouvert et accessible permettant la traçabilité, le suivi des procédures et l’accessibilité à tous les intervenants de la justice fait partie des douze réformes considérées comme des conditionnalités pour la mobilisation d’une partie de l’allocation budgétaire additionnelle au secteur de la justice.  Conscient de l’important de ce volet « communication », le Département a noué un partenariat avec le Système des Nations Unies qui a abouti à la mise en place d’une cellule de communication et l’élaboration, en cours de la stratégie de communication du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme sur la période 2021-2024.

Il a souligné que la présente session de formation organisée à l’intention de certains chefs de parquet marque le lancement officiel de cette série de formations en communication institutionnelle et vise à renforcer spécifiquement, les capacités des participants sur des modules ci-après : les réseaux sociaux dans le cadre institutionnel ; les techniques de rédaction d’un communiqué de presse ; le média training ; la communication de crise.

Par le financement de cette série de formation, le Système des Nations unies au Mali réaffirme sa volonté d’accompagner notre pays dans un contexte particulièrement difficile.

Alassane Cissé

Source: Notre voie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.