1er Congrès ordinaire du parti NEMA: Samba Coulibaly IBALY élu pour 5 ans

Le parti Nouvel Espoir pour le Mali « NEMA»,, dissidence du PRVM Fasoko, a tenu les assises de son premier congrès ordinaire ce dimanche 7 août 2022, au Centre international des conférences de Bamako (CICB).  Au terme des travaux, c’est un bureau de 241 membres qui a été présenté aux participants, dirigé par Samba COULIBILY, chef de la contestation contre Mamadou Oumar SIDIBE au sein du PRVM Fasoko.

Placée sous le parrainage de Ahmed Tidiane HAIDARA, l’ouverture des travaux était présidée par le président sortant Bréma Bouacar EMMANUEL TRAORÉ ; en présence des membres du directoire technique ; d’un millier de militants et sympathisants.

L’on notait également la présence des représentants des parties amis, dont : Marimantia DIARRA, ADEMA ; Attaye Ag MOHAMED, chef de la délégation de la CMA ; Ahmed KARABENTA, représentant de la diaspora ; Sékou Niamé BATHILY, RPM ; Maouloud Ben KATTRA, PMDS ; Hamidou DIABATÉ, Yèlèma, etc.

Ont pris part à ces assises, 2015 délégués venus du district et de l’intérieur du pays.

NEMA dont la devise est “Unité-Travail-Loyauté” et l’emblème le Karité est créé, selon ses responsables, pour susciter un “Nouvel espoir pour le Mali”.

À l’ouverture des travaux, le président sortant Bréma Bouacar EMMANUEL TRAORÉ a déclaré que son parti “né le 1er mars 2021 avec ses 32 dents”, se positionne pour prendre part aux prochaines échéances électorales.

Aujourd’hui, NEMA compte 15 101 Comités, 614 sous-sections et 43 sections mises en place dans 37 cercles et les 6 communes du district de Bamako.

Ce nouveau parti ambitionne de conquérir et exercer le pouvoir en proposant aux Maliens une vision politique et des programmes d’actions ambitieux, cohérents et réalistes.  Pour ce faire, NEMA, selon ses responsables, est une formation politique ouverte à tous les partis qui partagent la même vision et le même projet de société.

«Je place mon mandat sous le signe de la renaissance et du renouvellement de notre engagement commun à honorer la grande famille», a déclaré Samba COULIBALY, nouveau président du parti.

Dans ses premiers mots, le natif de Bafoulabé qui va diriger le parti pendant 5 ans (2022-2027) a exprimé sa gratitude à l’endroit de son prédécesseur, Bréma Bouacar Emmanuel TRAORÉ pour, dit-il, sa ténacité et son sens élevé du devoir bien fait.

«L’heure est au rassemblement, à la cohésion et à l’entente. Il y va de l’intérêt de nous tous. Le lien qui nous unit est plus fort. C’est ensemble que nous formons une famille. C’est ensemble que nous constituons une force. Oui, une force redoutable. Pour ma part, je ne ménagerai aucun effort pour atteindre cet objectif», a-t-il clamé.

Durant ce quinquennat, il s’est engagé à veiller à l’épanouissement des femmes et des jeunes qui seront au cœur de toutes ses actions.

Selon lui, le Mali a besoin de tous ses enfants pour faire la refondation par la voie démocratique. Pour lui, cela demande nécessairement que chacun apporte sa pierre à l’édifice national.

Au passage, il a rappelé que cette année est extrêmement difficile pour l’ensemble des Maliens en raison de plusieurs facteurs, notamment, la crise sanitaire du fait du Covid-19 avec toutes les conséquences ; et une insécurité croissante.

Malgré l’appui des partenaires internationaux et la signature des accords de paix, les violences persistent et se propagent de plus en plus : d’où la recrudescence des attaques djihadistes, des conflits intercommunautaires et l’instabilité politique.

«Le Mali, avec sa capacité de résilience, est en train de surmonter toutes ces difficultés », a-t-assuré.

À ce propos, il a profité de l’occasion pour rendre un vibrant hommage à nos forces armées et de sécurité pour leur combat au quotidien.

De son analyse, il ressort que les Maliens veulent aujourd’hui la paix, la stabilité et une bonne gouvernance ; la construction d’un pays fort avec un tissu économique à même d’assurer la sécurité, la stabilité, la solidarité, le travail et le bien-être des populations.

C’est là, dit-il, que sa formation politique tire sa raison d’être.

«Il nous appartient, désormais, de donner de la cohérence à toutes les actions que nous allons entreprendre dans les mois à venir », s’est-il engagé.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source: info matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.