Tiebilé Dramé rattrapé par son passé

Tiebilé Dramé Tiebilé Drame président Parena

Le sort du ministre sortant des affaires étrangères est pour l’heure inconnu dans le futur gouvernement de Boubou Cissé. Mais tout indique qu’il sera reconduit mais pas aux fonctions qu’il occupait avant la dissolution de la précédente équipe. Et ça ne tient pas au hasard. La récente prestation de l’ancien opposant reconverti aura été manifestement affectée par ses ardeurs anti-IBK d’un passé encore frais dans les mémoires. Au fait, le patron sortant de la diplomatie malienne n’a pour principaux interlocuteurs que les différentes chancelleries, les mêmes auprès desquelles Tiébilé Dramé s’évertuait naguère à présenter le régime IBK sous ses facettes les plus hideuses. Être ensuite chargé de jouer un rôle inverse est une tâche d’autant plus difficile que sa trivialité ne pouvait échapper aux partenaires étrangers du ministre des Affaires étrangères. Sa personnalité double constituait manifestement un handicap pour la bonne marche de ses missions et tiendrait lieu de raison assez valable pour qu’il n’occupe plus les fonctions ministérielles en cas de reconduction.

La famille de Cherif Madani Haïdara s’accapare les hectares d’Ançar Dine
Le célèbre prêcheur et leader d’Ançar Dine, Chérif Ousmane Madani Haïdara, n’est pas du genre à renoncer aux promesses alléchantes. Il en est ainsi de celle que lui avait faite IBK en 2018 en lui faisant caresser le rêve de 150 hectares destinés aux activités et actions de son association religieuse. Le projet n’a finalement pas résisté à la vague de polémique suscitée par la générosité présidentielle. Mais le tonitruant leader religieux et ses adeptes ont juré de se le procurer par leurs propres moyens et n’ont visiblement jamais baissé les bras dans la convoitise domaniale en question. Sauf que si la démarche aboutissait elle ne le sera pas pour un profit collectif. Il nous revient, en effet, qu’aucune demande de terrain n’a été introduite au nom des Ançars alors que le coût des acquisitions y afférentes est censé être aux frais des militants d’Ançar Dine dont les cotisations servent à entretenir l’association ainsi que son chef spirituel. Mais de là à transformer un bien collectif en patrimoine individuel.

Kamissa étale son amateurisme
Le président de la République s’adresse aux Maliens par un communiqué. Il s’agit d’une première au Mali, qui ne peut se justifier que par l’incompétence si l’on doit faire abstraction des contraintes liées à l’évolution dramatique de la crise socio-politique.
Et pour cause, la solennité et la teneur habituelle du message présidentiel sont banalisées et foulées aux pieds au profit de la paresse et de l’amateurisme ayant consisté à faire signer un communiqué de la présidence par le président de la République en personne. Il est vrai qu’avec l’évolution des nouvelles technologies on voit de plus en plus de chefs d’Etat tweeter, mais l’épisode confirme surtout les mauvais préjugés qui pèsent sur le choix de Kamissa Camara comme Secrétaire générale de la présidence. Déjà très inexpérimentée et manifestement étrangère aux usages de l’administration malienne, l’ancienne chef de la diplomatie aurait commis la maladresse de se faire du mauvais sang lors d’une récente réunion de cabinet en osant remonter la bretelle aux collaborateurs les plus expérimentés du Palais présidentiel. Il nous est revenu qu’elle a jugé leur méthode de travail inadaptée à la dose d’efficacité qu’elle voudrait imprimer au fonctionnement de l’administration présidentielle. Un mauvais début pour celle dont la nomination a été décriée par la plupart des observateurs, sans doute à cause de ses traces peu enviables au département des affaires étrangères.
La Rédaction

Le Témoin

Laisser un commentaire