Tenenkou : Un nouveau conflit intercommunautaire a fait hier 5 morts et 7 blessés

Un nouvel affrontement intercommunautaire entre Bambara et Peulh s’est déroulé hier dans la commune Diourra dans le cercle de Tenenkou. Selon un bilan officiel, les combats ont fait 5 morts et 7 blessés. Dans un communiqué, le gouvernement annonce l’ouverture d’une enquête judiciaire et la mise en place d’une force de défense et de sécurité pour éviter de nouveaux affrontements. Ces affrontements, expliquent des sources locales seraient partis d’un vol de bétails.

Les voleurs poursuivis par des Bamabara ont ouvert le feu sur eux.Pour rappel, en mai dernier, des conflits intercommunautaires dans la même localité ont fait 24 morts et 5 blessés et ont provoqué un mouvement massif des populations.

Hier, le premier ministre a rencontré des élus et des personnes ressources de Tenenkou. Aux termes de la rencontre, Modibo Keïta a instruit des mesures d’ordre humanitaire, sécuritaire et judiciaire. Une délégation gouvernementale composée des députés et notabilités est attendue très prochainement à Tenenkou. Ecoutons le ministre Mountaga Tall porte parole du gouvernement

« Des événements tragiques se sont déroulés dans le cercle de Tenenkou plus précisément dans la commune de Dioura où des paysans et des éleveurs se sont affrontés faisant cinq morts et sept blessés. Ces événements sont sans doute tragiques.

Le premier ministre a instruit un certain nombre de mesures d’ordre humanitaire, sécuritaire, judiciaire et institutionnelle et a demandé que les personnes blessées soient accompagner pour un traitement adéquat et a demandé qu’un soutien conséquent soit apporter aux familles des victimes.

Du point de vue sécuritaire le premier ministre a ordonné que les forces de défense et de sécurité s’interposent entre ces paysans et ces éleveurs jusqu’au retour du calme. Il a également instruit et là nous abordons le volet judiciaire qu’une enquête ouverte, impartiale soit mise en œuvre de façon à ce que les personnes coupables de violence soient clairement identifiées, interpellées et mises à la disposition de la justice. »

Les élus de Tenenkou invitent le gouvernement à prendre des mesures sécuritaires par le redéploiement de l’administration dans toute la zone. Selon eux, il y a un risque que « les jihadistes embrasent la zone ». Amadou Cissé député élu à Tenenkou est joint au téléphone par Idrissa Sako

« Vous vous rappelez, il y a eu déjà de tels événements qui se sont passés dans la commune de Dioura, il n’ ya pas très longtemps. On a dépêché une mission gouvernement–Assemblée pour voir comment les choses se passent et trouver des solutions. On était même arrivé à l’époque à signer un pacte de non agression entre les gens. Mais malheureusement, les choses ont tenu quelques mois et ça reprend encore. Ce sont des djihadistes qui veulent créer un problème inter communautaire dans la zone. Ils veulent embraser la zone qu’on appelle « ventre mou » à savoir la bande Tenenkou-Nampala-Léré.

Il faudrait qu’on trouve une solution définitive à ce problème, qu’on ne se focalise pas seulement sur le nord et oublier cette zone, parce que, si on ne prend garde, ça risque d’être toutes les régions du nord et tout le reste à un moment donné. L’administration est absente partout sauf à Tenenkou où il y a le préfet. Dans les communes, il n’y a pas de sous préfets, les maires sont tous en dehors du cercle, même le juge n’est pas là. Vous voyez, c’est très compliqué. »

Source: Studio Tamani

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.