Suite aux violentes manifestations des 10 et 11 juillet 2020 : Au moins 7 morts, de nombreux blessés, des leaders interpelés

Au moins 7 personnes ont été tuées par les forces de sécurité au cours des manifestations des 10 et 11 juillet 2020. Plusieurs dizaines de blessés ont été enregistrés au niveau des hôpitaux, dont certains dans un état préoccupant. Des leaders du M5-RFP ont fait l’objet d’interpellation.

Selon Pr. Django Djibo, le service des urgences de l’hôpital et de réanimation de Gabriel Touré qu’il dirige a reçu 50 blessés sur lesquels 2 étaient déjà décédés à leur arrivée à l’hôpital. C’était, le 10 juillet 2020. Fayçal Cissé, la première victime tombée, travaillait à ‘’Artisanat’’. Ses obsèques ont eu lieu le samedi à Kabala. Un jeune écolier du nom de Bama Traoré aussi a été fauché par les balles.

Le lendemain samedi 11 juillet, 5 blessés graves ont été admis aux urgences de l’hôpital Gabriel Touré. 3 décès y ont été enregistrés. D’autres personnes sont tombées sous les balles meurtrières à Badalabougou vers la Mosquée de l’Imam Mahmoud Dicko et la Résidence de la Présidente de la Cour Constitutionnelle. Dans ces deux endroits, les forces de l’ordre ont tiré à balles  réelles sur les manifestants, occasionnant quatre morts.

La journée du 11 juillet a été chaude à Badalabougou. Les jeunes manifestants ont tenu tête aux forces de l’ordre pendant plus de 10 heures suite aux rumeurs faisant état de l’arrestation de l’Imam Dicko. De nombreux blessés ont été enregistrés à ce niveau. Au Centre de santé de référence de la commune VI, un jeune médecin a reçu une balle perdue qui lui a été fatale.

Des leaders du M5-FRP ont été arrêtés, dont Dr Choguel Kokalla Maïga, Issa Kaou Djim, Adama Diarra dit Ben Le Cerveau, l’Imam Oumarou Diarra. Des militants ont été aussi interpellés par les forces de sécurité.

Interpellé en compagnie de Choguel Kokalla Maïga, Me Mountaga Tall a été libéré suite à une vive protestation du Bâtonnier de l’ordre des avocats du Mali. « Interpellé avec Choguel Maiga cet après-midi et après une longue audition au cours de laquelle j’ai assumé « les 10 Commandements de la désobéissance civile » et mon rôle et ma place au M5-RFP, malgré mon refus catégorique de partir sans mes camarades j’ai été « expulsé manu militaru » à 23 heures du Camp 1 sur protestation énergique du Bâtonnier. La lutte continue », a souligné Mountaga TALL sur les réseaux sociaux.

AS.S

Source : Le Challenger

Laisser un commentaire