Sports : Me Jean Claude Sidibé prend langue avec tous les acteurs

Conseils aux ministres Jean Claude Sidibe ministre sports

Depuis sa prise de fonction, le nouveau ministre des Sports est à pied d’oeuvre pour trouver une solution définitive à la crise du football malien. De façon méthodique, Me Jean Claude Sidibé travaille d’arrache-pied pour rassembler tous les acteurs et calmer les esprits.

C’est dans cet esprit qu’il a entamé sa visite de terrains d’entraînement des clubs, depuis le mardi 9 janvier, accompagné de ses services techniques. Après le Djoliba à Hérémakono, le ministre  a rencontré le Stade malien, le jeudi 11 janvier à son siège. Comme avec les « djolibistes », le ministre a expliqué aux « stadistes » le bienfondé de cette initiative qui vise à sensibiliser les acteurs du football sur la nécessité de renouer le dialogue et mettre fin à la crise qui les divise depuis 2013.

Il a annoncé la mise en place du tout nouveau Comité de normalisation, dirigé par l’ancienne ministre, Dao Fatoumata Guindo avant de rassurer que ce comité va travailler de façon indépendante pour circonscrire toutes les crises du football, avant l’élection d’une nouvelle équipe de la FEMAFOOT. Pour ce faire, il a sollicité la franche collaboration de tous les clubs du Mali et de l’ensemble des ligues régionales.

Aux termes de ses visites avec ces deux entités sportives, Me Jean Claude Sidibé est confiant : «Comme au niveau de Djoliba, c’est l’apaisement que je ressens avec le Stade malien. Je trouve les responsables et militants du stade très mobilisés, avec un nombre de supporters très impressionnants et des dirigeants motivés, animés d’esprit de sortie de crise. J’ai eu des discussions très franches avec la direction du Stade malien de Bamako. Je pense qu’on peut avancer », a indiqué le ministre des Sports.

Sur la mise en place du comité de normalisation, Me Jean Claude Sidibé a souligné toute l’importance de la démarche qui sied : celle de l’accompagnement de tous les présidents des clubs et ligues régionales à l’équipe du CONOR pour qu’elle puisse travailler assez rapidement. Pour le ministre, les différents problèmes sont connus et le collège transitoire pourra résoudre très prochainement pour qu’on puisse aller aux élections avant fin avril prochain.

Daniel KOURIBA

Laisser un commentaire