Sortie de la 37ème promotion de l’EMIA : UN PARRAIN A HAUTEUR DE MERITE

La promotion porte le nom du capitaine Sйkou Traorй.  L’officier et ses hommes dйfendirent avec vaillance le camp d’Aguel-Hoc, avant d’être froidement assassinйs le 24 janvier 2012  

A l’Ecole militaire interarmes (EMIA) basée à Koulikoro, les cérémonies solennelles de baptême de promotion se suivent mais ne ressemblent pas. Celle de la 37ème promotion couplée à la sortie des officiers du cycle spécial qui s’est déroulée vendredi dernier, en plus de la symbolique, marquera sans doute à jamais les esprits. Et pour cause : le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta a réhabilité le capitaine feu Sékou Traoré en donnant son nom à la promotion.

Né le 14 juillet 1978 à Koutiala, le capitaine Sékou Traoré a fait un brillant parcours scolaire et professionnel. Diplômé de l’EMIA en 2002-2005, il avait effectué de nombreux stages dont celui qui l’avait conduit en Chine de 2009 à 2010 dans le cadre de l’opération spéciale à l’Académie d’infanterie mécanisée de Shijiazhuang en Chine.

En sa qualité de commandant de compagnie de la 113ème  compagnie nomade d’Aguel-Hoc, il a engagé le combat avec ses hommes jusqu’à épuisement de tous les moyens. Ils furent arrêtés et  froidement assassiné le 24 janvier 2012. Il a reçu, à titre posthume, la médaille commémorative de Campagne et la Croix de la valeur militaire.

C’est à 10 h 30 mn précises que le président de la République, chef suprême des armées a fait son entrée dans l’enceinte du Centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro. Ibrahim Boubacar Kéïta a été accueilli par le Premier ministre, Modibo Kéïta, et le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly. Il fit le salut du drapeau et la revue des troupes avant de rejoindre la loge où avaient pris place les présidents des institutions de la République, plusieurs autres membres du gouvernement, de représentants des corps diplomatiques et consulaires, de la Minusma, de l’EUTM, des hauts gradés de l’armée ainsi que les familles des récipiendaires.

La cérémonie solennelle débutera par une minute de silence à la mémoire de tous les combattants de la liberté tombés sur le front. Impeccablement habillés en tenu kaki,  les 36 récipiendaires du cycle ordinaire dont trois femmes ainsi que les 3 du cycle spécial de l’EMIA furent ensuite présentés au président de la République. Ils  sont du Benin, du Togo et du Mali.

Dans son mot de bienvenue, le commandant du Centre d’instruction Boubacar Sada Sy, le colonel Nouhoum Mamadou Traoré,  a rappelé la symbolique de cette cérémonie. Elle est le couronnement de 3 ans (2013-2016) de formations théorique et pratique pour les élèves du cycle ordinaire et un an (2015-2016) pour ceux du spécial. Il a ensuite expliqué que la formation a été caractérisée par un intense travail intellectuel, physique et morale conformément à la devise  l’établissement qui est : « S’instruire, instruire et vaincre ».

« Ils ont été formés aux fondements des officiers qui leur permet de remplir pleinement leur nouvelle mission », a résumé le colonel Nouhoum Mamadou Traoré qui a rappelé aux récipiendaires le défi sécuritaire auquel sont confrontés  les Etats de la Bande Sahélo-saharienne.

Le chef d’Etat-major général des armées, le général de division Didier Dackouo, a rappelé le caractère solennel de cette cérémonie qui tire son sens de la prestation de serment des récipiendaires devant le président de la République, chef suprême des armées. Il a salué les efforts et les sacrifices consentis par les élèves qui viennent d’accéder au grade de sous-lieutenant. Pour lui, le rôle de l’armée est de défendre les libertés et de protéger les personnes et les biens.

Le général Didier Dackouo, a aussi loué les efforts déployés par les autorités dans le cadre de la Loi d’orientation et de programmation militaire qui  est en train de permettre de mettre à niveau notre armée.

Auparavant, les récipiendaires ont reçu chacun un sabre (symbole du pouvoir et du commandemen) et une épaulette qui marque leur entrée dans le corps des officiers. Ils ont ensuite tous prêté serment de servir avec loyauté et abnégation leur pays.

Le président de la République a offert 20 millions de F cfa aux nouveaux sous-lieutenant. Cette somme est répartie ainsi : Dix millions de Fcfa pour le major de la promotion, qui est le Béninois Alou Abou ; cinq millions pour la 2ème de la promotion qui est notre compatriote Assitan dite Nah Tangara, 2,5 millions au 3ème de la promotion, qui est le Togolais Madim Okay.  Les 2,5 millions restants seront repartis entre les autres récipiendaires.

Le chef de l’Etat a rappelé l’importance qu’il accorde à l’armée en général et à cette cérémonie en particulier. Il a évoqué les défis sécuritaires dans nos pays et rendu un hommage appuyé au parrain de la promotion qui restera à jamais le symbole de la lutte contre le terrorisme dans notre pays. « Sékou Traoré fut un vaillant fils du Mali et de l’Afrique », a dit en substance le chef de l’Etat.

Il a par ailleurs félicité notre compatriote Assitan dite Nah Tangara qui est la première femme à occuper le rang de 2ème de sa promotion dans l’histoire de l’EMIA.

Avant son départ de Koulikoro, Ibrahim Boubacar Kéïta a visité le chantier de construction du pont de Kayo sur le Niger. Ici les travaux avancent normalement et l’entreprise chinoise Covec a promis de les achever dans le délai contractuel.

Envoyés spéciaux

B. COULIBALY

N. SAMAKE

 

Source: Essor

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.