Somalie: six morts dans l’attentat contre le bureau du maire de Mogadiscio

Le cœur du pouvoir à nouveau touché par les terroristes en Somalie. Les islamistes shebabs ont attaqué la mairie de Mogadiscio. Un kamikaze s’est fait exploser dans l’enceinte du bâtiment. Au moins six personnes ont été tuées et six blessées, dont le maire de Mogadiscio.

Les shebabs ont encore montré leurs capacités à s’infiltrer dans les endroits les plus sécurisés. Selon plusieurs sources, un kamikaze a pu pénétrer à l’intérieur de la mairie et déclencher sa ceinture explosive dans le bureau où se trouvait le maire.



Abdirahman Osman était en réunion de sécurité avec plusieurs responsables locaux. Il a été gravement blessé, transporté à l’hôpital où il devait subir une intervention chirurgicale. Les commissaires des districts d’Abdulaziz et Waberi, qui participaient à la rencontre, seraient morts.

Le nouveau représentant américain en Somalie visé

Les shebabs ont revendiqué l’attaque et précisé que la cible était en fait James Swan. Le nouveau représentant de l’ONU en Somalie, nommé le 30 mai dernier, a eu de la chance. Le diplomate américain était dans le bâtiment pour une rencontre avec le maire, quelques heures plus tôt.

Dans un communiqué publié sur Twitter, James Swan condamne l’attentat : « Je déplore cette attaque odieuse qui non seulement témoigne d’un violent mépris pour le caractère sacré de la vie humaine, mais vise également les Somaliens qui s’emploient à améliorer les conditions de vie de leurs compatriotes somaliens dans la région de Mogadishu-Banadir ».

L’administration locale, elle, ne veut pas se laisser abattre. « Ça ne nous dissuadera pas de servir le public », a réagi le maire-adjoint Mohamed Abdullahi Tulah.

Complicités internes ?

Les shebabs visent régulièrement les bâtiments officiels somaliens. En mars dernier, ils ont attaqué le ministère du Travail et blessé le vice-ministre. En 2014 et 2015, ils ont commis des attentats contre le palais présidentiel, le Parlement, les services de renseignement ou encore le ministère de l’Éducation.

Leur mode opératoire est connu : faire exploser un véhicule à l’entrée pour créer une brèche et faire entrer des terroristes. Mais cette fois, ils sont allés plus loin, avec un kamikaze se faisant exploser directement dans un bureau, à l’intérieur d’un bâtiment ultra sécurisé. Certains soupçonnent des complicités internes. « Les terroristes sont mieux infiltrés qu’on ne le pense. S’ils ont des soutiens dans les administrations, tout le monde est en danger », confie un secouriste qui se dit « plus inquiet que jamais ».


Source: RFI
Laisser un commentaire