Salif Kéita Vs IBK : Les Raisons D’un Acharnement Contre Le Regime

Visite Présidentielle Keita

Le grooner de la musique mandingue, le rossignole de Badougou Djoliba, Salif Keita, ne partage plus depuis un certain temps la vision et la gestion du pays par le régime actuel. Pourtant, ces deux hommes partagent bien en commun quelque chose de grand.

 

Tous les deux descendants de Soundjata Keita, malgré cette appartenance ethnique, Salif et IBK ne soufflent pas dans la même trompette ce dernier temps. Selon des indiscrétions, tout serait parti d’un refus du passeport diplomatique à l’artiste et aussi du non soutien de l’Etat dans son combat en faveur des albinos. A tort ou à raison, en tout cas, rien ne va entre les deux hommes. C’est un secret de polichinelle, la relation entre Salif Keita et le Président de la République IBK. Dans une interview vidéo qui a circulé récemment sur le web, le chanteur n’a pas caché sa déception sur la mauvaise gouvernance du président Ibrahim Boubacar Keita. Bien avant cette vidéo, lors d’une conférence de presse tenue dans son Moffou à Kalaban Coro, le samedi 19 Décembre 2015, il ne lui a pas fait cadeau.

 

L’artiste face à la presse a affirmé qu’il a tout donné aux maliens. Et que même si son père était le Président de la République, s’il ne travaille pas pour le Mali, il le laissera tomber. Parce qu’il sait que l’intérêt de son père n’est pas l’intérêt du pays. « Quelqu’un qui n’aime pas ce pays, je ne l’aime pas. Donc j’ai assez donné avec mon cœur aux maliens. Je n’aime que ce pays. Dans ce pays je me suis débrouillé toujours pour manger, je me suis débrouillé à satisfaire des gens autour de moi qui ont besoin de mon aide. Et moi ils ont tout fait pour que je dégage, parce qu’ils n’ont pas pu me mettre dans leur poche. Personne ne me mettra dans sa poche, seul le Mali va me mettre dans sa poche. Alors je resterais là quand les politiciens qui veulent que je sois là ». Il est allé loin en disant qu’il chante pour les bosseurs, les travailleurs et non pour les fainéants.

 

« Moi Salif, je parle et j’ai la grande gueule, mais je ne triche pas mon pays, contrairement à certains soi-disant musulmans et autres hommes politiques »

 

Comme si tout cela ne suffisait pas, l’artiste, dans les colonnes d’Africa Kibaru, avait déclaré il y a juste 2 jours, qu’il ne participera plus à aucun évènement culturel au Mali qui pourrait avoir des retombées positives sur l’image du président IBK et de son gouvernement. Et avait à la suite mis en garde les Maliens de tout faire pour faire partir le président IBK avant que le pays ne disparaisse à cause de sa mauvaise gestion. Rien d’étonnant quand on connait Salif, mais à en croire source, cette divergence serait partie d’un manque de soutien de l’Etat pour sa fondation et aussi un refus de passeport diplomatique à l’artiste qui était à côtés du chef de l’Etat lors de la campagne aux élections Présidentielles. Sans doute, l’artiste comme beaucoup des Maliens, serait aujourd’hui gagné par le poids de la déception. Ils seront nombreux ces anciens alliés d’IBK à se dresser contre lui. Les raisons sont toutes simples : leurs attentes n’ont pas été comblées.

Source: bamada

Laisser un commentaire