RIEN NE SERA COMME AVANT.

La manifestation du 19 juin, cette demonstration de force demontre que la crise au Mali va prendre une nouvelle dimension. Même si le président de la république privilège le dialogue, il aura du mal à gouverner dans les jours à venir vu qu’une partie du peuple ne veut plus collaborer avec lui.
Une chose qu’il faut retenir également le président IBK a toujours des soutiens mais on ignore la capacité de mobilisation de ce groupe jusqu’à présent.
Aujourd’hui la division des maliens est une réalité, une division pacifique pour le moment qui peut changer de forme à tout moment car les récentes déclarations du président de l’assemblée nationale et l’ex ministre des maliens de l’extérieur nous font croire que la tension peut monter à tout moment.

Les derniers jours peuvent être décisifs mais ça sera une question de choix, soit les manifestations se multiplient, soit les opposants renoncent à leur objectif qui est la démission du président de la république.
En ce qui concerne IBK, c’est également une question de choix, soit il fait comme Blaise Compaoré, soit il fait comme Bachar Assad.
Mais la démission du président de la république me semble quasi impossible, vu qu’il a été élu démocratiquement, vu qu’il veut aller au bout de son mandat, vu qu’il y a beaucoup de malversations pendant sa gestion, qu’il soit impliqué ou pas, rien ne nous garantie qu’il va échapper à un procès s’il démissionne à la hâte.

Abdoulaye Traoré

Laisser un commentaire