Recette de la CEDEAO pour une sortie de crise: un cadeau empoisonné fait à IBK

La médiation faite par la délégation de la CEDEAO pour aider notre pays à sortir de la crise sociopolitique actuelle a été sanctionnée par une série de propositions. Les responsables du M5-RFP ont rejeté les propositions de la CEDEAO. Ceux-ci affirment : « les propositions de solutions de la mission de la CEDEAO ne correspondent absolument pas aux aspirations et attentes exprimées par le M5-RFP et portées par l’écrasante majorité du peuple malien’’. Ce qui fait que la recette de la CEDEAO se présente comme un cadeau empoisonné entre les mains du Président IBK.

Le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, ne s’est pas encore prononcé sur le communiqué final qui a sanctionné la mission de la CEDEAO. Il doit faire attention et comprendre que le rapport de la CEDEAO est loin d’être une parole d’évangile. D’ailleurs, la CEDEAO n’a pas pouvoir à empêcher les gens de manifester. Même hier lundi, plusieurs jeunes ont manifesté à Bamako et dans d’autres capitales régionales.
Ce qui veut dire que les contestataires sont loin d’abandonner leur combat. Donc, le Président de la République ne doit pas prendre les propositions de la CEDEAO comme de l’argent comptant. Elles sont juste des pistes de sortie de crise à explorer.
De ce fait, le Président doit toujours privilégier les négociations avec les responsables du M5-RFP qui ne sont que ses frères. Comme dirait l’autre, IBK doit maintenir le dialogue avec ses adversaires afin « d’éviter une situation de double radicalisation, celle d’un pouvoir agrippé à ce rapport et celle du M5 refusant le contenu ».
Aujourd’hui, si le Président IBK persiste cette posture de dialogue, cela éviterait à notre pays une paralysie totale, voire une tragédie dont personne ne peut prédire les conséquences.
Déjà certains trouvent que le rapport final de la médiation de la CEDEAO est à côté de la plaque. En tout cas, si la médiation de la CEDEAO s’arrête à cette étape, elle ne produira pas les résultats escomptés. Elle sera un échec d’autant plus que l’un des acteurs clés à savoir le M5-RFP a rejeté les propositions.
Donc la mission de la CEDEAO doit poursuivre sa médiation afin de concilier les positions. Déjà, dans son rapport final, la CEDEAO a touché du doigt les causes réelles de la crise sociopolitique qui secoue notre pays. En effet, en plus des questions électorales comme cause de cette crise, la médiation de la CEDEAO souligne les problèmes liés à la gouvernance. Comme on le dit, une maladie diagnostiquée est à moitié traitée. Donc la CEDEAO doit persévérer dans sa démarche pour aboutir à une solution pérenne.
La CEDEAO ne doit pas banaliser le fait que toutes les parties rencontrées ont accepté ses propositions à l’exception du M5-RFP. Il est indéniable que le M5 est au cœur de ce processus. Une solution sans le M5-RFP sera sans effet.
C’est pour dire que si la CEDEAO veut aider le Mali à sortir de cette crise, elle doit aller loin dans sa médiation. La réalité sur le terrain commande de la part de la CEDEAO de faire plus d’effort pour rapprocher les différents les points de vue. À côté des bons offices de la CEDEAO, le Président IBK doit mettre l’accent sur le dialogue avec les responsables de la contestation.

PAR MODIBO KONE

Source : INFO-MATIN

Laisser un commentaire