Rebondissement dans le triple assassinat des trois casques bleus guinéens Les meurtriers pourraient aussi être maliens, puisque « parlant bambara et tamasheq  » L’ONU interpelle les autorités maliennes

Quelques  jours après l’assassinat des trois casques bleus guinéens,  non loin de Siby à 44 km de Bamako, des indications  laissent croire  que les auteurs de cette attaque meurtrière  » parlaient Bambara et Tamasheq  » deux langues locales de notre pays. Ce qui donne à penser qu’il pourrait s’agir de Maliens et non pas de Guinéens venus de leur pays tout proche comme l’hypothèse en a été émise.

Source: l’Indépendant

Laisser un commentaire