Racine Seydou Thiam, directeur de l’Institut supérieur de commerce (ISC Business-School) « Nous formons des guerriers. Nos diplômés chôment très peu » « Nos diplômes sont bel et bien reconnus par l’Etat ».

racine seydou thiam president directeur general groupe ecole universite isc business scool

L’Institut Supérieur de Commerce (ISC Business School) sis à Hamdalaye ACI 2000 est l’une des grandes écoles de commerce qui fait de la réussite professionnelle sa priorité. Fondée par le jeune entrepreneur, Racine Seydou Thiam, l’ISC s’invite aujourd’hui dans le cercle restreint des meilleures écoles supérieures de Bamako tant par la qualité de sa formation que son ambition à satisfaire les entreprises privées et publiques. Pour en savoir plus, nous sommes allés à la rencontre de son directeur général, Racine Thiam. Il évoque, entre autres, les spécificités, le bilan des 7 ans d’existence, les ambitions et les perspectives de l’ISC. Une école qui aspire à contribuer au développement de notre pays par la formation.

 Aujourd’hui : Salut M.  Thiam, pouvez-vous nous présenter l’ISC Business-School ?

Racine Thiam : L’Institut Supérieur de Commerce (ISC Business School) est un groupe constitué de plusieurs structures dont la principale est l’Ecole supérieure de commerce où nous formons des étudiants en Licence et au Master. Nous existons depuis presque 7 ans maintenant. Nous formons dans des domaines aussi divers que la Logistique, les Finances d’entreprises, la Banque et les Assurances, le Marketing-Management, la Gestion des ressources humaines, la Communication Multimedia et Audiovisuelle, la Publicité et Comptabilité Audit Contrôle de Gestion . Nous faisons également de la  formation continue. Nous avons  dans le groupe ISC, une structure spécialisée dans l’informatique ,et une entreprise de conseil en management marketing  et communication, publicité .

 Quelles sont les procédures d’admission à l’ISC Business-School ?

Vous savez l’ISC Business School est une école qui se veut d’élite. Depuis le début, nous avons pris le positionnement d’une école supérieure d’élite où nous faisons la part belle à la performance.  Ce qui fait que les conditions d’accès sont un peu contraignantes parce que le niveau d’instruction et la qualité et la provenance du diplôme en plus d’autre critères nous permettent de faire une petite sélection pour pouvoir maintenir le niveau. Les conditions sont :  avoir le Bac, et sélections sur dossiers qui prend en compte les notes de classes . Cependant nous acceptons aussi dès fois des étudiants qui ne répondent pas tout à fait aux critères, mais que nous essayons de ramener à un niveau suffisant et on a beaucoup de réussite sur ce plan également, parce qu’en un an, nous voyons que ce sont des étudiants assez intelligents, mais qui n’avaient pas toutes les bases nécessaires pour performer dans une école supérieure comme la nôtre. Nous avons aussi des bourses d’études que nous offrons à deux catégories de personnes,  nous faisons un concours entre bacheliers et les meilleurs étudiants de ce concours sont recrutés directement et avec une bourse d’étude au niveau de l’ISC.

 Qu’est ce qui démarque l’ISC Business-School des autres écoles de commerce au Mali ?

A l’ISC, nous mettons l’accent  véritablement sur la performance, la régularité.  Nous formons des étudiants et comme nous avons l’habitude de le dire, nous formons des guerriers à l’ISC qui sont techniquement compétents et qui au-delà de la compétence intrinsèque développent un savoir-faire et une motivation à toute épreuve. Vous savez que la motivation est la source de toute réussite et nous mettons l’accent sur le développement personnel et la motivation. C’est ce qui nous différencie un peu d’un certain nombre d’écoles qui forment uniquement sur les compétences techniques. Nous, nous pensons que forger le caractère des futurs combattants dans le domaine de l’entreprise est aussi important que leur donner la technique nécessaire. Nous avons aussi  la particularité de faire de la spécialisation dès la première année, contrairement à certaines écoles qui forment en tronc jusqu’en deuxième et troisième années. Aussi, à l’ISC, les étudiants qui performent et  qui sont premiers dans leur département bénéficient de bourses pour poursuivre   gratuitement ou avec une décote leur formation.

 Après 7 ans d’existence, quel bilan pour l’ISC ?

Un bilan très satisfaisant. Vous savez, nos  diplômés chôment très peu. J’ai été heureux  de voir queune grande partie de nos étudiants trouvent rapidement des stages et des emplois , beaucoup sont confirmés en stage. Nous avons un nombre important  de jeunes passés par l’ISC qui aujourd’hui font le bonheur de certaines entreprises dans leur domaine de formation.

 Quels sont les débouchés à la sortie ?

Nous nous sommes dédiés à aider les entreprises du secteur privé à performer. Nous formons dans tous les domaines nécessaires, utiles pour les entreprises privées mais aussi publiques parce que nous avons aussi un certain nombre de cadres de l’Etat qui sont en fonction, mais qui viennent à l’ISC pour acquérir des connaissances qui peuvent les aider à mieux performer dans leurs différents services. Mais globalement nous formons dans les domaines de la finance, du commerce, de la gestion, du marketing, de la communication nous donnons les outils nécessaires pour que nos étudiants puissent travailler dans toutes les entreprises qui s’implantent au Mali, mais aussi à s’exporter car nous avons des étudiants qui ont été recrutés à l’international ce qui est quelque chose de gratifiant.

 D’aucuns remettent en doute la reconnaissance de vos diplômes par l’Etat, alors que leur répondez-vous ?

Vous savez, nous vivons dans un monde de désinformation et d’intoxication. L’ISC Business School est l’une des écoles supérieures maliennes les mieux reconnues par l’Etat. Nous avons tous les agréments nécessaires pour exercer. Nous avons commencé par cela. Nous avons tous nos diplômes pratiquement reconnus par l’Etat. Quand je dis tous nos diplômes, toutes nos Licences sont reconnues par l’Etat. Sur 9 Masters, nous en avons 7 qui sont reconnus par l’Etat et les deux autres (Transport et Logistique) sont en voie de reconnaissance. Vous savez que lorsque l’Etat reconnait les diplômes d’une structure, ça se fait à travers un arrêté ministériel et cet arrêté est disponible un peu partout. Quand les gens disent que nos diplômes ne sont pas reconnus par l’Etat, je dis que c’est faux . Nos diplômes sont bel et bien reconnus par l’Etat et nous disposons de toutes les preuves nécessaires.

 Quelles sont les ambitions et les perspectives de l’ISC Business School ?

Notre ambition, c’est véritablement rester sur cette dynamique. Vous savez qu’ISC n’est pas une école de masse. Nous n’avons pas 2 000, 3000 étudiants à l’ISC. Nous faisons une sélection qui nous permet d’avoir un nombre restreint d’étudiants et que nous amenons à bon port. C’est quelque chose qui marche car chaque année nous avons des preuves de progression dans la qualité dans un certain nombre de choses. Notre objectif premier, c’est d’être dans nos propres installations dans le futur pour pouvoir donner  d’autres commodités pour que les étudiants puissent être dans de meilleures conditions.

 Monsieur le Directeur, comment se passe aujourd’hui votre partenariat avec l’Association des journalistes sportifs du Mali (Ajsm) ?

Effectivement, nous avons un bon rapport avec l’Association des journalistes sportifs du Mali. Je peux dire que c’est notre partenaire de tous les jours. Dans ce cadre, nous avons contribué à la formation de beaucoup de journalistes sportifs dans notre établissement, à travers l’octroi de bourses d’études depuis la création de l’ISC.  C’est une façon pour nous de participer à la formation de ces journalistes. Et nous sommes prêts à poursuivre ce partenariat.

Je profite de cette occasion pour adresser une mention spéciale à l’ensemble de la presse sportive pour la réconciliation et la réunification. Par la même occasion, je félicite le président Oumar Baba Traoré pour la confiance placée en lui pour diriger ce nouveau bureau Ajsm réunifié.

Réalisé par Youssouf Koné 

 

Source: Aujourd’hui-Mali

Laisser un commentaire