Que sont ils devenus… Ousmane Guindo : Dieu, la famille et le Stade malien

Ousmane Guindo est un ancien international de l’Etoile filante de Ouaga (Efo) et du Stade malien de Bamako. Fils d’un ancien commis de l’administration coloniale qui a travaillé à la Compagnie française de développement du textile (CFDT) en Haute Volta, il a passé une bonne partie de son enfance auprès de ses parents. D’abord à Koudougou, puis dans la capitale où sa sélection pour les compétitions inter scolaires a facilité son intégration dans l’Africa FC de Ouaga, une équipe de 2e division en 1968. Convoité en même temps par l’Etoile filante de Ouaga, il ne pouvait transférer avant deux ans selon les textes de la Fédération. Il finira par rejoindre ce club au bout du délai statutaire. Il réalisera le doublé avec l’Efo, qui a également raflé les différentes coupes de la ligue.

Parallèlement à sa carrière de footballeur, Ousmane Guindo voulait aussi faire carrière dans l’armée, à travers le concours d’entrée au Prytanée militaire de la Haute-Volta. Son père qui n’était pas de cet avis va lui appliquer un plan B. Il est renvoyé à Bamako le 5 janvier 1973. Voilà comment il s’est retrouvé au Stade malien de Bamako quelques semaines après son arrivée dans le pays. Cette période a coïncidé avec le départ de certains cadres du club pour l’Europe et l’émergence du “Jardin d’enfants” de l’entraîneur Ben Oumar Sy. Ousmane Guindo gagne sa place de titulaire incontesté à partir de 1975 jusqu’à sa retraite en 1982. Date à laquelle nous l’avons véritablement dévisagé comme maillon important de l’effectif du Stade malien de Bamako, surtout lors de la finale de la Coupe du Mali contre l’AS Biton de Ségou qui a remonté les deux buts stadistes et obtenu même un penalty sur une faute de Guindo.

Cependant, un fait nous a marqué quand le Stade a marqué son troisième but sur penalty. Au coup de sifflet de l’arbitre pour sanctionner la faute, aucun joueur stadiste n’a voulu prendre sa responsabilité pour tirer le coup de pied jusqu’à ce que Cheick Oumar Koné intervienne. Il traversera la ligne médiane tout en se dirigeant vers Ousmane Guindo pour lui remettre le ballon, dans une atmosphère de panique dans le camp du Stade malien, aussi bien du côté des joueurs, que dans les gradins. Parce que l’AS Biton tenait à assommer l’adversaire. Que s’est-il passé ? Qu’est-ce qu’il a ressenti ? Ousmane Guindo s’en souvient : “Je ne cesse de penser à ces moments parce que ce jour de finale je pouvais faire perdre l’équipe. D’abord c’est moi qui ai commis la faute du penalty de l’AS Biton, et c’est moi aussi qui ai tiré le penalty du Stade. Le gardien de but  Modibo Dix a remarqué ma déception, il est venu me remonter le moral tout me promettant d’arrêter le penalty. Il en a été ainsi. Comme vous vous rappelez bien, c’est Cheick Oumar Koné qui m’a confié la lourde responsabilité de tirer le penalty stadiste. Dans les deux situations, j’ai ressenti une douleur morale, consécutive aux conséquences qui pouvaient en découler. C’est après le match que j’ai su l’ampleur de ce qui pouvait m’arriver. Ma sœur aînée était dans les gradins, et elle pleurait quand je devais tirer le coup de pied. Dieu merci, tout s’est bien passé. Mais cette finale fut chaude. Heureusement que le Stade s’est ressaisi pour empêcher l’exploit ségovien”. C’est cet ancien international du Stade de Bamako qui est notre héro pour la rubrique “Que sont-ils devenus ?” Nous l’avons rencontré au terrain d’entrainement des Blancs de Bamako. Qu’est-ce qui explique son virage radical dans l’islam ? Qu’est-ce qu’il pense de la mise en place d’une coordination au Stade malien ? Pourquoi a-t-il accepté de s’embarquer dans le bateau du coordinateur Cheick Fanta Mady Diallo ? L’ancien milieu de terrain des Blancs a trouvé les réponses justes pour toutes ces questions.

Tous ceux qui fréquentent Ousmane Guindo peuvent l’affirmer : ses deux préoccupations sont Dieu et sa famille avant le Stade malien. Il ne rate aucune prière à la mosquée. C’est pour cette raison que nous avons passé plusieurs mois avant de lui mettre la main dessus. Il estime que sa radicalisation n’est pas un événement, il n’est pas un nouveau musulman, rappelant que depuis son adolescence, il pratique cette religion. Ses compagnons à l’internat au Stade malien, et en équipe nationale peuvent témoigner qu’il a toujours jeûné lors des regroupements.

En demandant à Ousmane Guindo ce qu’il pense des différents entraîneurs du Stade Malien qu’il a connus en tant que joueur, il ne manque pas de qualificatifs à la mesure de la valeur des trois techniciens : Charles Jondot qui lui a inculqué la personnalité, Bakoroba Touré a cultivé dans son cœur la volonté de vaincre dans le fair-play, et Mamadou Kéita dit Capi qui lui a appris beaucoup de choses.

Ce jour-là, Ousmane Guindo assistait à une réunion de la coordination du club avec les supporters. Faudrait-il rappeler qu’il a été sollicité par Cheick Fanta Mady Diallo pour le pilotage des affaires jusqu’à la prochaine assemblée générale. Sur la question il nous a expliqué les motivations qui ont conduit à l’idée de coordinateur. En tant que fils du club, en sa qualité d’ancien  joueur, il est tout à fait normal pour lui qu’il se mette à la disposition des dirigeants du Stade, pour lui donner une nouvelle orientation.

Rigueur sur l’homme

A ses débuts en Haute Volta, et au Stade malien de Bamako, Ousmane Guindo évoluait aux postes de couloir gauche et d’avant-centre selon les circonstances. C’est l’entraîneur Charles Jondot qui l’a reconverti latéral gauche face au Djoliba en 1976 parce que dans ce match, l’ailier droit du Djoliba Oumar Kassogué dit Ouolof malmenait le bastion défensif stadiste.

Les différents entraineurs ont fini par le repositionner comme milieu défensif pour donner plus de visibilité à  sa rigueur sur l’homme. Il a joué trois finales de coupes du Mali (1975, 1979, 1982). L’édition évoquée plus haut est son seul succès dans cette compétition. A cela, il faut ajouter les Jeux africains d’Alger de 1978, la Coupe Amilcar Cabral jouée en Guinée-Bissau la même année. Après ces deux compétitions son parcours au Stade, qui aura duré neuf saisons, a été estropié par une grave blessure en 1978, qui a nécessité même une intervention chirurgicale en France.

Paradoxalement il avait décliné en 1976 l’offre pour sa première sélection en équipe nationale. La raison ? Parce qu’il n’a pas été convoqué à la radio comme les autres joueurs. L’entraîneur  Karounga Kéita dit Kéké lui avait fait appel de façon verbale, une entorse aux principes élémentaires de la considération vis-à-vis d’un joueur sur lequel on a porté sa confiance. Ce qui est évident la Fédération a mis en garde l’administration du Stade par rapport à l’attitude de Guindo et a menacé de le sanctionner en cas de récidive.

Le malheur des uns… 

Fidèle lecteur de la rubrique “Que sont-ils devenus ?”, il a tenu au tout début de notre entretien à donner ses impressions sur le passage de Sadia Cissé. Pour lui c’est l’un des meilleurs de l’année 2019. Seulement le bon souvenir évoqué par l’ancien joueur du Djoliba est pour lui un très mauvais souvenir, c’est-à-dire la finale de la Coupe du Mali de 1975, jouée en deux éditions et remportée finalement par le Djoliba par le minimum d’un but à zéro.

Ce classico malien a enregistré non seulement la défaite des Blancs, mais aussi l’expulsion de notre héros du jour. Raison pour laquelle il le qualifie de mauvais souvenir.

Ousmane Guindo est marié et père de quatre enfants. Embauché à la Société malienne d’importation et d’exportation (Somiex) en 1975 par les dirigeants de son club, il dit avoir pris sa retraite anticipée en 1982 pour se consacrer à autre chose. Aujourd’hui il fait du commerce général.

En musulman, il aime d’abord la religion, la franchise, l’honnêteté et déteste le mensonge et la trahison.

O.Roger Sissoko 

Source: Aujourd’hui-Mali

Laisser un commentaire