Processus de paix en panne : Gao, Kidal, Nampala….. : A quoi sert le Comité de suivi de l’Accord

A peine que nos morts sont enterrés à Gao puis à Ségou, des frères s’entre tuent à Kidal pour le contrôle de territoire que l’Etat, garant de l’unité nationale, est censé récupérer avec l’application de l’accord. La tension demeure vive entre CMA et PLATEFORME à Kidal face à un Etat impuissant et des forces internationales observatrices, quand bien même que le chapitre VII des Nations Unies est en vigueur.

Le dispositif concernant la mise en place des autorités intérimaires, tant décrié et dénoncé par nos soins est l’une des insuffisances majeures de l’accord.

Le comité de suivi de l’accord se trouve dans un “coma” au point que les parties vont faire des rencontres parallèles fantômes et infructueuses au Niger.

Le statu quo ne peut perdurer. Il est grand temps que les groupes armés se cantonnent et que le DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion) soit mis en place, que l’Etat occupe le terrain pour qu’on aille le plutôt possible aux élections locales. Ceci pour que toutes les forces (Etat et groupes armés, forces internationales) se coalisent contre l’ennemi commun : le terrorisme. Assez de sang coulé, ça suffit!!!

Bakary Traoré

Malien de France

 

Source:  L’Aube

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.