Présidentielle au Mali: la Mission d’observation européenne rend ses conclusions

Pour le moment, aucun chiffre officiel sur la présidentielle malienne qui s’est achevée ce 12 août n’a été rendu public, pas même celui de la participation même si les observateurs prévoient une faible affluence.

Cécile Kyenge, la chef de la Mission d’observation électorale européenne, s’est exprimée ce 14  août sur la présidentielle malienne dont le deuxième tour avait lieu ce 12 août. L’ex-ministre de l’Intégration en Italie a d’abord salué le peuple malien qui s’est rendu aux urnes malgré la menace sécuritaire.

Dans l’ensemble, la Mission d’observation européenne se satisfait de la bonne tenue du scrutin. Des irrégularités, que Cécile Kyenge qualifie de « procédurales », ont certes été observées, comme par exemple le non-affichage des listes électorales devant les bureaux de vote, des résultats également après le dépouillement ou encore des isoloirs mal placés, ce qui compromet le secret du vote.

« Nos observateurs n’ont pas observé des fraudes mais plutôt des problèmes d’irrégularités procédurales. »
Cécile Kyenge, chef de mission d’observation européenne.

Fraude ?

Pour l’heure, la Mission européenne refuse de parler de fraude. Elle n’a pas commenté non plus le rapport de la COCEM, une mission d’observation d’associations de la société civile malienne, qui affirme que dans plus d’une centaine de bureaux de vote qu’elle a pu observer, 100% des voix étaient allouées à un seul candidat.

« Nous renouvelons notre appel aux autorités pour qu’elles publient les résultats bureau de vote par bureau de vote, pour plus de transparence », s’est contentée de conclure Cécile Kyenge.

Devant ses partisans, Soumaïla Cissé a dit rejeter d’ores et déjà les résultats du scrutin de dimanche avant même leur publication. « Nous n’accepterons pas la dictature de la fraude », a martelé le candidat de l’opposition malienne au second tour de la présidentielle.

Source: rfi

Laisser un commentaire