Le président d’Oxfam International arrêté pour corruption au Guatemala

président d'Oxfam International; corruption

Juan Alberto Fuentes détenu suite à des accusations liées à son mandat de ministre des Finances du Guatemala, dans un nouveau scandale d’organisation impliqué dans des allégations d’exploitation sexuelle.

L’arrestation de Juan Alberto Fuentes a été annoncée par le bureau du procureur général du Guatemala.

Le président du conseil d’administration d’Oxfam International, Juan Alberto Fuentes, a été arrêté au Guatemala pour des allégations de corruption alors qu’il était ministre.

L’arrestation du président de l’organisation – actuellement impliqué dans un scandale d’exploitation sexuelle en escalade – a été annoncée par le bureau du procureur général du Guatemala.

Bien que cette arrestation n’ait rien à voir avec le mandat de président d’Oxfam, Fuentes doit recentrer l’attention sur la direction de l’organisation caritative en difficulté, notamment en ce qui concerne les questions de diligence raisonnable dans les nominations de hauts responsables.

M. Fuentes, qui a été annoncé en tant que président d’Oxfam International en 2015, est un ancien ministre des Finances du Guatemala.

Selon le journal guatémaltèque Prensa Libre, Fuentes était parmi les 10 personnes, y compris un ancien président, qui ont été arrêtés mardi dans une affaire concernant des allégations de corruption autour du système de transport de masse Transurbano de la ville de Guatemala.

Bien que l’arrestation rapportée soit sans rapport avec le temps de Fuentes en tant que présidente d’Oxfam, elle est obligée de recentrer l’attention sur la direction de l’organisation caritative en difficulté, notamment sur les questions de diligence raisonnable dans les nominations de hauts responsables.

Peu de temps après l’arrestation de Fuentes, les procureurs ont annoncé qu’ils avaient également arrêté l’ancien président Alvaro Colom dans leur enquête sur les achats douteux d’autobus publics utilisés à Guatemala City.

Fuentes a eu une carrière très en vue dans la politique et l’économie. Il a été fondateur et directeur de l’Institut centraméricain d’études fiscales, avant de devenir ministre des finances entre 2008 et 2010.

Son arrestation, bien que liée à la politique parfois fébrile du Guatemala, qui a vu plusieurs anciens ministres arrêtés par le passé, est le dernier scandale à avoir frappé Oxfam, qui est toujours sous le coup d’accusations sérieuses sur la façon dont il aurait mal géré membre du personnel accusé d’avoir utilisé des prostituées pendant la crise après le tremblement de terre haïtien.

Cette controverse a vu le président d’Haïti condamner la charité mardi pour sa « grave violation de la dignité humaine ». Oxfam a présenté une «excuse sans réserve» au gouvernement, aux donateurs, aux sympathisants et au peuple d’Haïti pour le traitement des incidents dans le pays touché par le séisme en 2011.

Un porte-parole d’Oxfam a déclaré: « À notre connaissance, aucune accusation formelle n’a été portée contre le Dr Fuentes Knight. Il a été entièrement ouvert avec le conseil d’administration et l’exécutif d’Oxfam au sujet de l’enquête, qui a commencé après qu’il ait été nommé président d’Oxfam.

« Dr Fuentes Knight maintient son innocence et nous assure qu’il a pleinement coopéré à l’enquête. L’enquête porte sur une transaction budgétaire effectuée par le gouvernement guatémaltèque alors qu’il était ministre des Finances dans une administration précédente.  »

Puisque vous êtes ici …
… nous avons une petite faveur à demander. Plus de gens lisent le Guardian que jamais, mais les revenus publicitaires dans les médias baissent rapidement. Et contrairement à de nombreuses organisations de presse, nous n’avons pas mis en place de pare-feu – nous voulons garder notre journalisme aussi ouvert que possible. Vous pouvez donc voir pourquoi nous avons besoin de votre aide. Le journalisme d’investigation indépendant du Guardian demande beaucoup de temps, d’argent et de travail. Mais nous le faisons parce que nous croyons que notre point de vue est important – parce que cela pourrait bien être aussi votre point de vue.

J’apprécie qu’il n’y ait pas de paywall: il est plus démocratique que les médias soient disponibles pour tous et non pas une marchandise à acheter par quelques uns. Je suis heureux d’apporter une contribution afin que d’autres avec moins de moyens aient encore accès à l’information.
Thomasine F-R.
Si tous ceux qui lisent nos reportages, qui les aiment, les financent, notre avenir serait beaucoup plus sûr.
Source: the guardian

Laisser un commentaire