Pour une meilleure adhésion des populations à l’assurance maladie, la CANAM outille les hommes de médias

Le Centre Aoua Keita a servi de cadre, le mercredi 1ier  août 2018, à la tenue de la 3ième édition de la  rencontre d’échanges et d’informations des hommes de médias sur l’assurance maladie obligatoire (AMO). Organisée par l’association des Journalistes citoyens, action pour la République (JCAR) en partenariat avec la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CANAM), cette rencontre visait comme objectif d’outiller les hommes de médias pour une meilleure adhésion des populations à l’assurance maladie. La cérémonie d’ouverture de la rencontre s’est déroulée en présence de M. Issa Niambélé, représentant le maire de la commune III, de M. Abdrahamane Alassane Maïga, président de JCAR et de M. Oumar Thiémoko Sangaré, conseiller technique à la CANAM. La rencontre était placée sous le thème « une meilleure adhésion des populations à l’assurance maladie».

Pour M. Issa Niambélé, représentant le maire de la commune III à cette rencontre, l’importance de l’assurance maladie n’est plus à démontrer.  Il a remercié la CANAM pour sa volonté de prise en charge des populations des collectivités à travers son programme AMO.

Quant au président du JCAR, M. Abdrahamane Alassane Maïga,  il a souligné que le partenariat avec la CANAM ne date pas d’aujourd’hui, d’où la 3ième édition de cette rencontre. Il a souhaité que l’AMO prospère à travers le continent africain.

Dans sa présentation, M. Oumar Thiémoko Sangaré, conseiller technique du directeur de la CANAM, a souligné toutes les difficultés auxquelles la CANAM a été confrontée durant son implantation au Mali ; difficultés liées au défi de la communication. C’est pour pallier ce problème que la CANAM a adopté la stratégie d’être en phase avec les réseaux de communication. En outre, il dira qu’à la base de la création de la CANAM se trouve un souci d’aide aux travailleurs modernes : les salariés étatiques et privés. Ce régime s’est étendu jusqu’à bénéficier aujourd’hui d’une assurance maladie universelle depuis 2015, c’est-à-dire que l’AMO concerne désormais toutes les couches de la population, salariées ou non salariées, en rendant les services de santé disponibles et accessibles à tous.

Dans son explication, il dira que pour la bonne marche des activités, ce régime a été structuré, institutionnellement et matériellement. Ainsi, deux organes ont été alors mis en place pour l’atteinte de ces objectifs : un comité de réflexion et de suivi et un groupe d’experts. Ce dernier est logé au sein de la Maison des Ainés.

Parlant des activités, il indiquera que la CANAM a organisé des ateliers d’éclaircissements de certains concepts comme la couverture maladie universelle, couverture de santé universelle, assurance maladie universelle, couverture de soins universels, cela à travers tout le territoire. Aussi, le groupe d’experts a mené plusieurs activités d’analyses, comme l’élaboration d’un avant-projet de loi qui a été adopté par le conseil des ministres du 20 juin dernier.  Notons enfin que plusieurs autres informations ont été données à la soixantaine de journalistes sur l’assurance maladie obligatoire.

**************

Le nouveau bureau de l’ASSEP fait le point des activités menées pendant ses 20 premiers jours

Plébiscité à l’issue de l’Assemblée générale ordinaire du 14 juillet dernier, le nouveau bureau de l’Association des éditeurs de la presse privée (ASSEP) dirigé par Bassidiki Touré a animé le samedi 4 août 2018 un point de presse. C’était pour faire le point de ce que la nouvelle équipe a eu à faire pendant les 20 jours qui ont suivi cette élection. Ont pris part à cette conférence animée par M. Bassidiki Touré, président de l’ASSEP, plusieurs directeurs de publications, composant toutes les sensibilités de la presse privée du Mali et de nombreux journalistes reporters. Ainsi, parlant des activités menées par son bureau, le président Bassidiki Touré indiquera entre autres les audiences. Il s’agit de celle accordée à la délégation de la Mission d’observation électorale de la CEDEAO ; ensuite le bureau a été  reçu par SEM, l’Ambassadeur de l’Algérie au Mali. Aussi, les directeurs de la CANAM, de la BNDA et de l’AGEFAU ont également été reçus par le bureau de l’ASSEP. « D’autres rencontres suivront dans les jours à venir. Et, enfin, le siège de la corporation a fait l’objet d’un relooking qui prendra fin dans les semaines à venir, afin de le hisser à la hauteur des directeurs de publications que nous sommes » a fait savoir M. Touré. Pour lui, «ces différentes actions sont des signes annonciateurs d’un mandat plein pour la défense de l’intérêt de l’ensemble des patrons de presse ».

Par ailleurs, M. Bassidiki Touré n’a pas manqué de «condamner la fermeture arbitraire de la radio Renouveau FM par le Gouverneur du District de Bamako et exiger sa réouverture immédiate et sans condition».

Répondant aux préoccupations des uns et des autres, surtout sur la situation de la trésorerie de l’Association, M. Touré dira qu’ils sont venus trouver que la caisse était vide et le personnel avec sept mois d’arriérés de salaire. «Nous avons tout fait pour payer au moins quatre mois » dit-il. Comme pour dire, selon ses termes, «avec le bureau sortant, l’argent prenait d’autres destinations». Avec la situation qui prévaut actuellement à l’ASSEP, où le président sortant qui refuse de faire la passation avec le bureau de Bassidiki Touré et la mise en place d’un bureau parallèle, ce bureau ne manquera pas, dit-il, de saisir les juridictions pour qu’elles disent le droit. Durant cette conférence, qu’on peut dire, journée portes ouvertes à l’ASSEP, le président Bassidiki Touré et les autres membres du bureau ont parlé largement de la situation qui prévaut actuellement à cette corporation de la presse privée. Il a, enfin, invité les uns et les autres à l’union et à plus de professionnalisme dans le travail.

***********

LES PREMIERS  PROPOS DU CANDIDAT  IBRAHIM  BOUBACAR  KEITA  APRÈS LES RÉSULTATS PROVISOIRES DU PREMIER TOUR

Le Président Candidat Ibrahim Boubacar Keita a fait ses premières déclarations ce vendredi 02 aout  devant un parterre de journalistes.  C’était au QG du RPM en présence de son Directeur de campagne et les président de tous les partis et associations formant le Mouvement Ensemble Pour le Mali (EPM). En boubou blanc, mine serrée et avec un ton grave, le président candidat a commencé par exprimer sa satisfaction quant à la réussite des élections. Après avoir félicité  le gouvernement pour sa « grande maitrise du processus électoral », les forces de sécurité pour leur «  professionnalisme, leur vigilance et leur bravoure », les partenaires du Mali pour leur accompagnement, le candidat Ibrahim Boubacar Keita a adressé une mention spéciale à ses  électeurs puis à tous les maliens. Reconnaissant pour ses partisans, il a essayé de défier cette opposition qui prédisait son échec. C’est pourquoi il a souligné : «  Vous avez donné tort à ceux qui prédisaient le pire ». Revenant sur la campagne, IBK dit avoir pendant trois semaines sillonné le pays pour soumettre son bilan de cinq années passées et de proposer son projet pour un «  Maliba qui ira encore plus loin, encore plus haut, toujours plus fort, toujours plus juste. Selon les résultats provisoires proclamés par le Ministère de l’Administration territoire  et de la Décentralisation, explique-IBK, vous m’avez porté largement en  tête du 1er tour, avec plus de  41 voix. Du fond du cœur  « je vous en remercie ». Cette victoire, dit-il, c’est la victoire du Mali qui avance, qui vient de loin et qui ira de loin. C’est la victoire de l’optimisme; la victoire du rassemblement contre la division; la victoire de la volonté contre le défaitisme, la victoire de l’action contre l’apathie, la victoire de l’espoir contre la terreur et la victoire de toutes et celles et ceux qui connaissent notre pays et croient en son grand destin. A travers votre vote, souligne IBK, vous m’avez placé sur orbite. Pour vous, avec vous, avec vos enfants, les générations à venir, « je dois aller encore plus loin. Je n’ai pas d’autres choix. C’est ce que vous demandez. C’est ce que vous exigez ». Lors du second tour qui se tiendra le 12 Août prochain, il nous faudra donc amplifier cet élan et confirmer le choix de la paix et du progrès. Pour ce faire, « je vous demande de m’accompagner Malienne et Maliens pour finir ce que nous avons commencé.

 

Source: Inf@sept

Laisser un commentaire