Opération policière en commune I et alentours : la fréquence des crimes en point de mire

La population de la Commune I du District de Bamako s’est réveillée dans un quadrillage ou bouclage par la police de certaines voix d’accès de leur circonscription ce mardi 30 juin 2020. Pourquoi ? S’interrogeaient les résidents en mouvement tôt ce matin.

De l’avis des résidents dans cette Commune et alentours, obligés de se rendre au centre ville de la capitale pour des occupations quotidiennes ou autres, de Sikoroni à Doumanzana, de Nafadji à Boulkassoumbougou…, la police a procédé à une fouille systématique des véhicules sortant de la Commune et alentours. Des habitants disent avoir vu un ballet des pick up, avec à leurs bords des policiers. Qu’est ce qui a motivé cette opération très matinale dans cette Commune, à l’Est de Bamako ? Nous sommes sûrs d’une chose, ce n’était pas gratuit. Car, un bon policier fonctionne selon, soit les informations, soit son flair. Ses deux atouts.

L’information, il la partage avec la population dont elle assure la sécurité et ou avec son indic et le flair est généralement le fruit de l’expérience ou quelque peu innée (l’intuition naturelle, le sixième sens).

48 heures après cette opération, que nous pouvons considérer comme ‘’un coup de poing’’, est motivée par la fréquence des crimes en Commune I et alentours, selon nos sources. De plus en plus, des corps sans vie sont découverts dans certains quartiers qui composent la Commune et même dans les alentours. L’opération a consisté à mettre la main sur des personnes suspectes selon informations données sur leur identité et éventuellement traqué les porteurs d’armes non autorisés. Les résidents, aux faites des crimes perpétrés et soucieux de la sécurité dans la Commune, ont apprécié l’opération et ont souhaité sa pérennisation.

DTS

Source : L’Analyste

Laisser un commentaire